Archives mensuelles : août 2010

Journal d’un médecin généraliste, du Dr. Stéphanie Becquet

Présentation de l’éditeur :
Ce livre est tiré d’un blog, « Les états d’âme du docteur Vincent », anonyme au départ. J’ai commencé à transcrire il y a quatre ans mon vécu de médecin généraliste. À l’origine, ce blog m’aidait à prendre du recul sur ma profession, puis je me suis prise au jeu et j’ai eu un enthousiasme grandissant à faire connaître mon point de vue. Mon ambition est de faire réfléchir les lecteurs sur l’état de la médecine en France. La médecine est une interaction subtile entre médecin, patient, pathologie, traitement. Ce n’est pas une science exacte, mais une pratique qui s’améliore au fil des années d’exercice. Les consultations ne sont jamais monotones et souvent étonnantes si l’on prend le temps d’écouter la personne assise en face de soi. Etre médecin en cabinet, c’est être seul avec le poids des décisions à prendre qui sont parfois lourdes de conséquences. J’ai voulu montrer les risques de dérapage et d’usure psychique que les médecins peuvent rencontrer. Je détaille aussi les relations que les médecins entretiennent avec la Sécurité sociale et l’industrie pharmaceutique.
Éditeur : Le Cherche Midi
Année d’édition : 2009
Langue : Française
Nombre de pages : 318
Avis (très) personnel :
Je suis assez embêtée, car je n’ai pas grand chose à dire sur ce livre… 
J’ai choisi ce livre parce que je pensais qu’il serait facile et rapide à lire. Cependant, durant ma lecture, je n’ai pas trouvé que c’était le cas. Je l’avais commencé il y a deçà plusieurs mois. Et je l’ai repris ce mois-ci, afin que ma PAL baisse un peu ^^
Je peux vous avouer que j’ai (beaucoup) lutté pour le terminer.
De quoi cela parle-t-il ?
L’auteur tient donc un journal, concernant son métier de médecin. Cela traite donc des différents patients qu’elle a (ou avait), des anecdotes, du métier de médecin en général, des métiers qui gravitent autour de ce dernier (surtout les visiteurs médicaux qui offrent des cadeaux, des voyages afin que le docteur promeuve le médicament…).
J’ai trouvé qu’il y avait beaucoup de longueurs…. Et pourtant, j’aime beaucoup tout ce qui est scientifique, bien qu’il y ait des termes que je ne comprenais pas : le benzodiazépine par exemple. Mais comme elle l’utilise assez souvent (car complètement contre), je me suis renseignée. Je crois qu’en fin de compte ce qui m’a le plus dérangée, c’est le genre du livre, c’est-à-dire un journal. Qui plus est, on ajoute le quotidien assez peu changeant d’un médecin, et le fait qu’elle passe parfois du coq à l’âne sans transition… Je vous avouerai donc que cela ne m’a pas vraiment emballée (même si j’ai appris certaines choses)…
Je regrette (presque) de l’avoir offert à mon frère …
Nombre de livres lus : 26
Nombre de livres dans la PAL : 59
Publicités

Les âmes vagabondes, de Stephenie Meyer


Présentation de l’éditeur :

La Terre est envahie. L’humanité est en danger. Nos corps restent les mêmes, mais nos esprits sont contrôlés. Melanie Stryder vient d’être capturée. Elle refuse cependant de laisser place à l’être qui tente de la posséder. Quelque part, caché dans le désert, il y a un homme qu’elle ne peut pas oublier. L’amour pourra-t-il la sauver ?

Editeur : JC Lattès
Année d’édition : 2008
Langue : Française
Nombre de pages : 617

Avis (très) personnel :

J’avais acheté ce livre lors de ma folie Twilight. Puis, il a reposé dans ma PAL pendant assez longtemps. Peur d’être déçue, peur que cela ressemble à la saga Twilight (aah les préjugés…). Sur Livraddict, des forumeuses me l’ont chaudement conseillé ! Je me suis donc laissée tenter (surtout qu’elles m’avaient assuré qu’il était rapide à lire ^^).

Dans cette histoire, nous n’avons pas une, mais deux protagonistes principales : Vagabonde et Melanie Stryder. Sur Terre, les âmes sont insérées dans des êtres humains afin d’en prendre possession. Pour ce faire, les humains sont donc capturés.
Ici, Vagabonde (son nom est dû au fait qu’elle a beaucoup voyagé) prendra donc possession du corps de Melanie. Cependant, au lieu de se laisser faire, Melanie va tenter de résister à cette intrusion. Ces deux esprits vont devoir cohabiter dans un seul corps. Melanie voudra retrouver deux hommes auxquels elle tient. Y arrivera-t-elle ?

J’ai trouvé que le début était assez lent et un peu compliqué. Surtout, quand Melanie et Vagabonde se parlaient, je n’arrivais pas à savoir qui était qui… Par la suite, c’est devenu plus facile, plus compréhensible. L’histoire se met tout doucement en place.
Quand elles arrivent à retrouver les deux hommes que recherchait Melanie, j’étais estomaquée par la manière des autres de les accueillir. Surtout par l’un d’eux, Jared. Mais, en se mettant à sa place, je comprends un peu. Je n’aimerai pas trouver le corps de celui que j’aime, mais avec l’esprit d’un autre. Cependant, je ne comprends pas la réaction de l’oncle Jeb… Pourquoi veut-il garder Vagabonde, alors que c’est une âme, une ennemie ?
Bien que parfois exagérée, j’ai trouvé que la description faite à propos des Hommes était assez réaliste.
En restant avec ce groupe d’êtres humains, Vagabonde en devient plus humaine. Elle est comme une enfant, qui n’a jamais rien connu, rien ressenti. Elle découvre tout cela grâce/à cause de Melanie. Elle va découvrir son attachement pour les hommes, ainsi que le tiraillement éprouvé lorsqu’elle doit faire des choix impliquant les âmes et les Hommes, voire un choix impliquant uniquement des Hommes.

J’ai vraiment beaucoup aimé ce livre. Presque à la limite du coup de cœur. Bien que j’appréhendais cette lecture (à tort !), j’étais surprise par l’histoire. Je confirme, dès que j’étais plongée dans l’histoire, j’ai eu beaucoup de mal à m’y défaire. Et, je vous avouerai que je ne m’attendais pas à cette fin… Venant de Stephenie Meyer, cela n’aurait pas dû m’étonner ^^
Comme les autres forumeuses, je le conseille également =)

Citation P222 :

« Son esprit était focalisé sur le contact de cette jeune main dans la mienne. Une émotion naissait en elle, une émotion qui m’était inconnue. Quelque chose à la lisière de la colère, teintée d’envie et de désespoir.
Ca s’appelle la jalousie ! m’a-t-elle informée. »


Nombre de livres lus : 25
Nombre de livres dans la PAL : 59

Harry Potter and the Goblet of Fire, de J.K. Rowling

Présentation de l’éditeur :

It is the summer holidays and soon Harry Potter will be starting his fourth year at Hogwarts School of Witchcraft and Wizardry. Harry is counting the days: there are new spells to be learnt, more Quidditch to be played, and Hogwarts castle to continue exploring. But Harry needs to be careful – there are unexpected dangers lurking …


Présentation de Gallimard :

Harry Potter a quatorze ans et entre en quatrième année au collège de Poudlard. Une grande nouvelle attend Harry, Ron et Hermione à leur arrivée : la tenue d’un tournoi de magie exceptionnel entre les plus célèbres écoles de sorcellerie. Déjà les délégations étrangères font leur entrée. Harry se réjouit… Trop vite. Il va se trouver plongé au cœur des événements les plus dramatiques qu’il ait jamais eu à affronter. Dans ce quatrième tome bouleversant, drôle, fascinant, qui révèle la richesse des enjeux en cours, Harry Potter doit faire face et relever d’immenses défis.

Éditeur : Bloomsbury
Année d’édition :
2000

Langue : Anglaise
Nombre de pages : 640

Avis (très) personnel :

J’étais très impatiente de lire ce tome ! Ma première lecture de ce dernier en anglais. Je me suis demandé ce que ça allait donner. Allais-je autant aimer ?

Ce quatrième volume des aventures de notre sorcier adoré débute différemment des précédents. En effet, cela commence par une virée dans la demeure des Riddle (le petit patronyme de Celui-dont-on-ne-doit-pas-prononcer-le-nom). Puis, nous retrouvons Harry Potter, obligé de passer ses vacances à Privet Drive. Mais, cet été, il aura l’occasion d’aller à nouveau chez son meilleur ami Ron. En effet, la Quidditch World Cup aura lieu cette année ! Pendant ma lecture de ce moment (la Coupe du Monde de Quidditch), ainsi de celui qui s’ensuit, les émotions que j’ai ressenties étaient tous décuplées… La peur, le stress, l’excitation, la tristesse… Sentiments que j’ai certes éprouvés lors de mes nombreuses relectures (un des tomes que j’ai le plus relu), mais à un degré moindre. Je ne sais pas si cela est dû à la lecture en VO…
Lors de son arrivée à l’école, Harry apprendra que le Tournoi des Trois Sorciers se déroulera à Hogwarts ! Lors de ce tournoi, deux autres écoles vont y participer : Beauxbâtons (français) et Durmstrang (pays nordique). J’ai adoré leurs arrivées à Hogwarts. Magnifique ! Spectaculaire même !
Dans ce tournoi, les élèves choisis devront réussir trois épreuves, trois tâches qui leur demanderont du courage et de la réflexion. La première tâche est de … Vous croyez vraiment que je vais vous le dire ? ^^ Je préfère vous laisser découvrir. C’est vraiment extraordinaire !
La deuxième tâche est sympa aussi. Par contre, Harry et sa fierté m’ont un peu agacée (même si je le comprends ! ^^). Et le final ! Indescriptible ! La montée en puissance des forces noires. J’étais toute émue à la fin lorsqu’il y a le combat entre les deux baguettes…

Enfin, outre ces épreuves, nous pouvons observer les prémices de l’amour, la jalousie qui commence à pointer son nez (que ce soit en amour, ou en amitié), les paparazzis version sorcier (très très énervante, cette Rika Skeeter !). On en apprend davantage sur certains personnages.
Pour tout cela, c’est mon tome préféré ! Un vrai petit bijou qui se (re)lit toujours aussi bien (et encore mieux en anglais !).
Cependant, j’appréhende la lecture du tome 5… C’est celui que j’ai le moins préféré… Allez, un peu de motivation, que diable ! ^^



Citation1 P74 :

« Harry bent down, ducked under the tent flap, and felt his jaw drop. He had walked into what looked like an old-fashioned, three-roomed flat, complete with bathroom and kitchen. Oddly enough, it was furnished in exactly the same sort of style as Mrs Figg’s; there were crocheted covers on the mismatched chairs, and a strong smell of cats. »


Citation 2 P178 :

« ‘Oh, Profesor, look! I think I’ve got an unaspected planet! Oooh, which one’s that, Profesor?’
‘It is Uranus, my dear,’ said Profesor Trelawney, peering down at the chart.
‘Can I have a look at Uranus, too, Lavender?’ said Ron.
Most unfortunately, Profesor Trelawney heard him, and it was this, perhaps, which made her give them so much homework at the end of the class. »


Citation3 P394 :

« ‘I have gone temporarily deaf and haven’t any idea what you said, Harry,’ said Dumbledore, twiddling his thumbs and starring at the ceiling.' »



Vous pouvez trouver mes avis sur les tomes précédents :

Harry Potter and the Prisoner of Azkaban

Lecture commune avec :
Mycoton32 ; petit-lips ; karline05 ; Setsuka ; Amethyst ; gerry29 ; Azariel87 ; evertkhorus ; Lexounet ;



Bloganniversaire de Snow

J’ai participé il y a deçà quelques jours à un concours chez Snow, en l’honneur de son bloganniversaire. Parmi les personnes qui ont eu les bonnes réponses aux questions, seule une a été tirée au sort : Lyra (la chanceuse !). Mais heureusement pour nous autres, pauvres perdants, Snow nous a confectionné quelques cadeaux faits-main (c’est adorable non ?).
Voilà ce que j’ai reçu :

2 marques-pages :

  • un qui représente un pistolet, parce que j’adore les romans policiers / thrillers (en plus en rouge, ma couleur préférée !)
  • et un autre en tissu (assez doux)

Merci encore Snow 😉

Destination Islande

Je participe à la troisième édition du tour du monde d’Evertkhorus ! Cette fois, le pays choisi est …. l’Islande ! J’avais voté pour ce pays, car je l’aime beaucoup (non, je n’y suis pas encore allée, mais j’espère un jour ^^) : les magnifiques paysages, les sources d’eau chaude, le soleil qui ne se couche jamais en été et qui n’apparaît quasiment pas en hiver !

Que faut-il faire?
Lire un livre d’un auteur islandais, ou bien qui se passe dans ce pays. La publication du billet se fera le 18 décembre 2010. Ce jour-là, il est possible de faire partager la culture de l’Islande : musique, cuisine, cinéma, etc. !

[Défi pour pas se ruiner] Adoption

Depuis quelques jours, j’ai adopté par Eden du forum Livraddict.
L’idée est que la filleule (c’est plus joli qu’adoptée, je trouve) envoie un petit colis avec une petite carte, un petit plaisir et un défi en rapport avec le petit quelque chose. Bien sûr, il faut la preuve que ce défi a été réalisé (sinon ce n’est pas drôle). Donc, la défiée doit prendre une photo du défi. Pas mal, non ?

Hier, j’ouvre ma boîte aux lettres et je découvre une enveloppe matelassée… Le défi !!! Tellement contente que je n’attends pas d’être chez moi pour ouvrir l’enveloppe (oui, je suis quelqu’un de très impatiente ^^’). Bref, je déchire l’enveloppe et regarde l’intérieur. Voilà ce que je vois :

Eden m’a donc envoyé une fleur toute douce qui ne fanera jamais, et qui peut se tortiller n’importe comment. J’adore !!
Mon défi est le suivant :
Me prendre en photo avec cette jolie fleur à trois endroits différents importants pour moi et qui ont un rapport avec la lecture

J’ai déjà deux idées. Pour la troisième, il va falloir que je cherche encore un peu. Bref, un défi bien rigolo ! Si vous voulez voir le défi que j’ai lancé à Snow, ainsi que sa réalisation, c’est par là.


Ps : Eden, petite cachottière, tu n’as même pas mis ton adresse sur l’enveloppe ! Comment je fais pour te remercier ? 

Challenge Histoire

Je participe au challenge Histoire (hé oui, encore un autre challenge !), qui a été mis en place par jelydragon. Il faut tout simplement lire des livres sur le thème de l’Histoire (biographies, romans, etc.).
Bien qu’à l’école, ce n’était pas du tout ma matière préférée (c’était même ma matière que j’exécrais le plus, c’est dire), c’est un thème que j’apprécie beaucoup en littérature (la période de la Seconde Guerre Mondiale, plus particulièrement, ainsi que la période des rois en France). Cela me permettra en plus de sortir quelques livres de ma PAL ^^
Ce challenge se finira le 1er septembre 2011 et il y a un cadeau pour celle ou celui qui aura écrit le plus de billets ! Rejoignez-nous =)

Concerto à la mémoire d’un ange, d’Eric-Emmanuel Schmitt


Présentation de l’éditeur :

Quel rapport entre une femme qui empoisonne ses maris successifs et un président de la République amoureux ? Quel lien entre un simple marin et un escroc international vendant des bondieuseries usinées en Chine ? Par quel miracle une image de sainte Rita, patronne des causes désespérées, devient-elle le guide mystérieux de leurs existences ?

Tous ces héros ont eu la possibilité de se racheter, de préférer la lumière à l’ombre. A chacun, un jour, la rédemption a été offerte. Certains l’ont reçue, d’autres l’ont refusée, quelques-uns ne se sont aperçus de rien.

Quatre histoires liées entre elles. Quatre histoires qui traversent l’ordinaire et l’extraordinaire de toute vie. Quatre histoires qui creusent cette question : sommes-nous libres ou subissons-nous le destin ? Pouvons-nous changer ?

Concerto à la mémoire d’un ange est suivi du Journal tenu par Eric-Emmanuel Schmitt durant l’écriture.


Éditeur : Albin Michel

Année de l’édition : 2010
Langue : Française
Nombre de pages : 230

Avis (très) personnel :

Ce livre est composé de quatre nouvelles qui ont toutes un point commun : sainte Rita et la rédemption.

La première nouvelle est intitulée L’Empoisonneuse. C’est donc l’histoire d’une femme d’une soixantaine d’années qui a été soupçonnée coupable de meurtres de trois personnes, puis blanchie. Est-elle réellement coupable ou bien innocente ? J’ai trouvé cette histoire bizarre. Je ne l’ai pas aimée, mais je ne l’ai pas détestée non plus. Sans plus.
Dans la deuxième nouvelle, Le Retour, nous avons affaire à un mari qui travaille en mer. Il recevra un message de sa famille, l’avertissant que sa fille est morte… Or, il en a quatre. Quelle est donc l’identité de la malheureuse ? Cet homme, qui auparavant ne réfléchissait jamais, qui faisait son travail comme un robot, se met à penser, à se remettre en cause, par rapport à ses anciennes réflexions, à sa façon d’agir, à son comportement vis-à-vis de ses filles et de sa femme. Cette histoire est une de mes préférées.
La troisième nouvelle, Concerto à la mémoire d’un ange, est ma préférée. A la suite d’un évènement tragique, deux hommes vont voir leurs vies bouleversées. Ils vont complètement changer après et à cause de cela, en bien pour l’un et en mal pour l’autre. J’ai aimé voir leur évolution, leur rencontre. Les points de vue sont différents. Avant le terrible accident, nous avons le point du vue de Chris, qui était une personne très ambitieuse. Puis, nous avons celui d’Axel, tout le contraire de Chris. La fin m’a un peu laissée sur ma faim (sans jeu de mot). Que s’est-il réellement passé ?
La quatrième nouvelle, Un amour à l’Elysée, traite du couple présidentiel français. Je ne saurai pas vraiment le résumer… J’ai trouvé que c’était spécial, bien qu’il y ait quelques scènes assez touchantes. Surtout du point de vue de la femme. Le mari, je l’ai trouvé exécrable (sauf à la fin).

Au final, j’ai bien aimé deux nouvelles, et beaucoup moins deux autres… Donc, je reste un peu mitigée pour ce livre.



Citation1 P10 :

« Or, la raison pour laquelle les adultes estimaient Marie Maurestier non coupable n’était guère plus rationnelle : les villageois refusaient l’idée de côtoyer un assassin en liberté, de lui donner le bonjour, de partager leurs rues, leurs commerces, leur église avec une tueuse ; pour leur tranquillité, ils avaient besoin qu’elle fût honnête, comme eux. »


Citation2 P185 :

« Le cancer est parfois la forme que prennent les secrets qui pèsent trop lourd. »


Citation3 P190 :

« Avant d’être un objet de bazar religieux, Rita fut une femme, une femme réelle, une Italienne du XVème siècle qui parvint à réaliser quelque chose d’impossible : réconcilier deux familles qui avaient d’excellentes raisons de se haïr, la famille de son mari et la famille de l’assassin qui avait poignardé son mari. Il n’y avait pas meilleur qu’elle pour atténuer la haine, la mesquinerie, pour exalter l’amour, le parton. Malade – une plaie purulente au front -, elle vécut néanmoins très âgée, pleine de bonté, d’énergie, d’optimisme, en accomplissant le bien autour d’elle. »
Nombre de livres lus : 24
Nombre de livres dans la PAL : 60

Oscar Pill, tome 1 : La Révélation des Médicus, d’Eli Anderson

Présentation de l’éditeur :
Je m’appelle Oscar Pill et je ne suis pas un garçon comme les autres. Je suis un Médicus : j’ai le pouvoir extraordinaire de voyager dans n’importe quel corps vivant. Comme mon père, qui fut autrefois un célèbre Médicus avant de disparaître.
Aujourd’hui, l’humanité entière est à nouveau menacée : Skarsdale, le sombre Prince des Pathologus, s’est échappé de sa prison. Et moi, j’ai été choisi pour l’affronter. Il me faut braver tous les dangers et rapporter un Trophée d’un endroit où je ne suis jamais allée. Un univers mystérieux qui se trouve… dans le corps humain.

Editeur : Albin Michel
Année d’édition : 2009
Langue : Française
Nombre de pages : 571

Avis (très) personnel :
Je me suis enfin décidée à le lire. Surtout après la discussion avec Eli Anderson sur Livraddict ! Surtout que ça parle du corps humain (l’intérieur plutôt), et que c’est un thème que j’apprécie.
Je l’ai acheté fin juin, puis il a dormi quelques jours/semaines dans ma PAL. Pas le temps de le lire, toujours un autre petit livre à lire… Bref que des prétextes futiles ! En effet, j’avais principalement peur d’être déçue, avec tous ces avis très positifs que j’avais lus !
Puis, arrive le moment où je me jette à l’eau ! Qu’en ai-je pensé alors ? ^^
Dès le premier chapitre, les questions fusent dans mon cerveau : Qui est donc ce prisonnier ? Pourquoi a-t-il une attention si spéciale ? Comment a-t-il pu se cacher dans un bout de sardine ?
Puis, l’auteur revient sur l’histoire du principal protagoniste : Oscar, Oscar Pill ^^ Oscar est un petit garçon de douze ans, qui déteste l’injustice. Il vit avec sa maman et sa soeur Violette (quant à son papa, il est décédé). Après une bagarre et un incident, le lecteur se rend compte qu’Oscar a quelques prédispositions à guérir certaines blessures (hématomes, égratignures). C’est normal, car c’est un Médicus ! Il a la capacité d’entrer dans le corps humain afin de le soigner, et combattre les Pathologus (les méchants). Il découvrira progressivement ce qu’est un Médicus, ainsi que les 5 univers existants dans le corps (que je vous laisse découvrir lors de votre lecture ^^). Il aura l’aide de deux amis assez « spéciaux » : Valentine et Lawrence. L’une est la casse-cou du groupe, l’autre le cerveau. Ça ne vous rappelle pas quelqu’un ? Harry Potter ? Percy Jackson ? Mais, attention, ce n’est juste qu’une comparaison superficielle. Les univers sont assez différents.
Parmi les membres du Conseil Suprême des Médicus, Fletcher Worm me paraît très antipathique. J’aimerai en connaître les raisons !
Oscar, bien qu’attachant, m’a parfois exaspérée, lorsqu’il n’en faisait qu’à sa tête. Il a tellement envie de connaître les circonstances de la morte de son père, qu’il en devient téméraire et imprudent.
A la fin de ce premier tome, j’ai encore pas mal de questions en tête non résolues. J’ai beaucoup aimé ce livre. Un univers que j’aime beaucoup. En conclusion, j’ai très envie de découvrir la suite !

Citation1 P150 :

« Il contourna les arbres et décida de traverser un monticule fleuri. Dès qu’il posa le pied sur la terre, toutes les fleurs virèrent au rouge et dressèrent leur corolle vers lui, menaçantes. Il fit un pas en arrière. Devant lui, l’herbe se mit à pousser à vue d’oeil, montant jusqu’au niveau de ses genoux, puis de sa taille. Au milieu, des orties et des ronces surgies de nulle part battirent l’air agressivement. Oscar rebroussa chemin et finit par se retrouver sur l’allée qui bordait la pelouse, stupéfait. Le gazon retomba aussi vite qu’il avait poussé et reprit son aspect lisse et impeccable. »

Citation2 P286 :

« La salive permettait de percevoir le goût des aliments ! Oscar se promit de tout faire pour ne plus saliver la prochaine fois qu’il aura à avaler les plats de Cherie. »

Citation3 P354 :

« Mais une chose compte plus que tout : dans ta vie, il faut tout faire pour ne pas avoir de regret. Il n’y a rien de pire que le regret, mon Oscar. Il vaut mieux tenter quelque chose et se rendre compte ensuite que ce n’est pas le bon choix, plutôt que ne rien faire et le regretter plus tard. Certaines fois, ce sera positif, et d’autres non ; peu importe. L’échec sert de leçon, alors que si tu renonces, tu ne sais pas ce que tu as manqué et ça te poursuit toute ta vie. C’est ça, le regret. »


Nombre de livres lus : 23
Nombre de livres dans la PAL : 61

Les Vampires de Manhattan, de Melissa de la Cruz

Présentation de l’éditeur :
Il n’y a pas plus glamour que Mimi et son frère Jack au lycée ultra chic Duchesne, à New York. Snobs et branchés, ils forment avec leurs amis un club très select. Theodora, qui est plus vintage que Prada, n’est pourtant pas insensible au charme du très sexy Jack. Pourquoi un garçon si populaire s’intéresse-t-il soudain à elle ? Quel rapport avec Aggie, une élève retrouvée morte, vidée de son sang ? Theodora est déterminée à le découvrir quand apparaît sur sa peau un entrelacs de veines bleutées qui lui glace le sang. Elle non plus n’est pas une fille comme les autres…

Editeur : Albin Michel
Année d’édition : 2007
Langue : Française
Nombre de pages : 343
Avis (très) personnel :
Ce livre m’a été offert à Noël dernier, par M. Erato ^^ J’étais à ce moment-là dans ma période bit-lit qui est un peu passée.
Comme il faut que je baisse ma PAL, c’était l’occasion de le lire. Bien m’en a pris ! Car j’ai beaucoup aimé cette histoire de vampires nouveaux.
L’histoire commence par un extrait d’un livre et d’une lettre. Ils ont tous deux un rapport avec le débarquement du Mayflower dans le Nouveau Monde. Ces extrait apparaîtront régulièrement tout le long du livre (tous les 6/7 chapitres). La lettre correspond davantage à un extrait de journal intime, écrit par Catherine Carver, qui vient d’arriver en Amérique.
Dès le début, le lecteur commence à se poser des questions. Qu’est-ce que le Comité ? Qui sont réellement les Force ? Sont-ils des vampires ou non (auquel cas, que sont-ils ?) ? Bien que ces questions soient résolues, il en reste encore pleins d’autres qui, je pense, trouveront leur réponse, dans les prochains tomes.
Nous avons principalement trois points de vue : ceux de Mimi, Bliss et Theodora. Le lecteur peut ainsi voir leur évolution originale, qui est ressentie différemment selon les protagonistes. J’ai beaucoup aimé le personnage de Theodora. Je me suis attachée à elle, contrairement à Mimi, qui m’a paru très antipathique…
L’écriture et le style d’écriture sont tels que le lecteur pourrait continuer sa lecture jusqu’à la fin, sans se soucier de l’heure (expérience vécue : j’ai fini de le lire vers 2h du matin, je n’étais pas très fraîche pour ma journée accro-branche, je vous l’avoue !). En conclusion, très sympathique à lire. J’ai hâte de pouvoir lire la suite, que j’ajoute dans ma wish-list ^^

Citation P86 :

« – Le noir est la couleur de la nuit, murmura Charles. Le blanc est la vraie couleur de la mort. »

Nombre de livres lus : 22
Nombre de livres dans la PAL : 62