Archives mensuelles : février 2011

Manabé Shima, de Florent Chavouet

Présentation de l’éditeur :

Le Japon est tellement une île qu’il est un archipel.

Dans le catalogue japonais, on trouve des îles industrielles, des îles artificielles, des îles sacrées, des îles musées, des îles formol, des îles atoll, des îles balnéaires, des îles bleu-vert, des îles sauvages, des îles sans âge, des îles connues, Shikoku, et mêmes des îles où l’on pêche et l’on boit.

Parmi ces miettes de terre, il y a Manabé Shima, une île dont on parle peu, mais où poussent très bien les poissons.

Ça tombe bien, je n’ai rien prévu cet été.

Un inventaire exhaustif et désopilant sur Manabé Shima, l’île aux soixante crabes et à peine plus d’habitants, par l’auteur de Tokyo Sanpo.

 

Éditeur : Philippe Picquier
Année d’édition : 2010
Langue : Française
Nombre de pages : 144

 

Avis (très) personnel :

Après Tokyo Sanpo, nous retrouvons Florent Chavouet dans Manabé Shima (ainsi que dans la publicité MacDo… Pas lui, mais ses dessins très reconnaissables !). Dans son précédent livre, il nous racontait son périple, dans la capitale japonaise. Ici, il a passé deux mois dans une minuscule île japonaise, en plein été, afin de nous conter/dessiner tout cela.

Manabé Shima étant une très petite île (Florent a presque failli ne pas avoir de logement…), l’auteur nous donne les portraits de toutes les personnes qui y habitent. Enfin, presque toutes, les principales surtout. La famille qui l’accueille, son dealer de biiru, ainsi que quelques autres personnages. Chaque page comporte plusieurs anecdotes, parfois ponctué d’un dessin avec le chat du jour (il y a d’ailleurs une cartographie des gangs des chats à Manabé !).

J’aime toujours autant son style de dessins très colorés, parfois réalistes, parfois pas (le fait qu’il se dessine avec un gros nez par exemple). Le fait que l’on passe du coq à l’âne dans une même page m’enchante, cela me fait penser à mon propre cerveau !! Il fait de Manabé Shima, une île charmante qui me tente vraiment bien… mis à part le fait qu’il y ait beaucoup d’insectes (un mutant cloporte/cafard, qu’il nomme clofard) et que je ne pourrais pas du tout manger de fruits mers. Juste un petit hic, Florent Chavouet s’amuse à écrire en rond, à l’envers, il faut donc un peu de dextérité pour tourner le livre et le lire. Heureusement pour moi, je le lisais chez moi ^^

Je conclurais juste par A quand le prochain livre ? =D En attendant, je vais feuilleter à nouveau Tokyo Sanpo, avant de partir, ça va peut-être me donner des idées ^^

EDIT : Mais quelle tête en l’air, je fais ! J’ai complètement oublié de vous parler de la carte qu’il a faite. Une carte de Manabé Shima. Elle est vraiment magnifique. Ca a dû lui prendre un temps fou pour la dessiner, mais ça vaut le coup d’oeil !!

 

Publicités

Les Restos du Coeur : Faites un don !

Comme l’an dernier, Les Restos du Coeur, Danone et Carrefour se sont associés aux blogueurs afin d’offrir 10 repas en échange d’1 billet publié.

Pour tous ceux qui tiennent un blog, n’hésitez à faire passer le message. Un tout petit article de quelques minutes et 10 repas seront offerts ! N’oubliez pas d’envoyer le lien de votre article à blogueurs[at]restosducoeur.org.

Pour les personnes qui n’ont pas de blogs, le 4 et 5 mars 2011, une collecte alimentaire nationale a lieu dans tous les Carrefour et Carrefour Market. Et, du 16 au 22 mars 2011, il y a eu une opération « Promo Partage » qui consiste à un repas offert pour 4 produits Danone achetés.

Faites circuler le message =)


La Vie de Norman, de Stan Silas

Présentation de l’éditeur :

Norman a huit ans et il est fan de films d’horreur : Freddy Krugger, Jason Vorhees et Michael Myers sont ses modèles, dont il reproduit les exploits dans la vie réelle. Jérémy, le petit nouveau qui vient d’emménager au village, rejoindra vite la longue liste des enfants disparus et ne fera plus parler de lui…Mais Garance veille ! Cette jolie blondinette, va mener l’enquête sur l’étrange absence de son petit amoureux…

 

Éditeur : Makaka
Année d’édition : 2011
Langue : Française
Nombre de pages : 64

 

Avis (très) personnel :

Convaincu par une petite elfe (par ici, si vous voulez connaître la coupable), mon homme a acheté La Vie de Norman.

Qui est Norman ? Un petit bonhomme de huit ans, qui n’a pas les mêmes loisirs que les autres enfants de son âge. Comme vous pouvez le constater sur la couverture, il a des tendances un peu meurtrières (non, non, ce que vous voyez sur le couteau n’est ni du ketchup, ni de la confiture de framboise !). L’histoire commence par une première disparition, celle de Jérémy, un petit nouveau. Le lecteur assiste impuissant à son meurtre, par son petit camarade Norman. Meurtre qui m’a totalement conquise, dans le sens où c’est à prendre au trentième degré !!

Même si Norman est le principal protagoniste de l’histoire, les autres personnages sont totalement  loufoques : Garance, une petite blonde superficielle, Owen, que ses parents ont abandonné dans une caravane, Sylvaine, une pauvre hère qui vole les croquettes du chat. Quant à l’institutrice, un des principaux adultes présents dans l’histoire, elle ne donne pas vraiment envie de faire ce métier, elle est complètement blasée, alcoolique et un peu sadique avec ses élèves (faire le tour de l’école en slip est une de ses punitions).

J’ai aimé cet univers coloré, assez déjanté (surtout au niveau des personnages), les personnages qui ressemblent à ceux de jeux videos (ils me font penser aux mysims, ne me demandez pas pourquoi…), Norman, un apprenti tueur ! J’ai passé un bon moment de lecture, avec cette bande-dessinée. Un point négatif ? Peut-être l’histoire, un peu classique, mais qui colle bien à l’atmosphère du livre. L’auteur, Stan Silas, a commencé à dessiner quelques planches du tome 2, je me demande bien ce que cela va donner ^^


Autobiographie d’une fille Gaga, de Diglee

Présentation de l’éditeur :

Je m’appelle Diglee, j’ai 22 ans, une sœur dingo et géniale, un homme roux, une Best Friend Forever qui me supporte depuis 10 ans, une mère super canon, et trop de cellulite pour mon IMC, malgré mes chorées diaboliques sur Lady Gaga. Et comme ma vie intéresse tout le monde, hein, bah .. J’en ai fait un blog. Et puis de ce blog, j’en ai fait un livre. Voilà.

 

Éditeur : Marabout
Année d’édition : 2010
Langue : Française
Nombre de pages : 144

 

Avis (très) personnel :

J’ai connu Diglee, via son blog. Ses articles, ses péripéties me faisaient bien rigoler ! Alors, quand j’ai vu qu’elle allait sortir un livre, je me suis presque jetée dessus. Presque, parce qu’à chaque fois je me retenais, j’attendais un peu plus tard… Et un beau jour (ou une belle soirée), M. Erato me l’a offert ^^

Dans ce recueil, j’ai, bien sûr, retrouvé des aventures que j’avais déjà lues sur son site. Mais, il y a quand même quelques dessins inédits, surtout des dessins qui datent de ses débuts bloguesques (en 2008). Elle nous conte/dessine des moments de sa vie, les délires qu’elle a avec sa B.F.F. (Best Friend Forever), ses histoires de famille (sa soeur et sa mère), d’amour (pour les chaussures, les vêtements, Lady Gaga, Margaux Motin et son amoureux Renart). Diglee utilise des techniques de dessin différentes, d’une page à l’autre. Cela surprend un peu, puis on s’y habitue.

Cette bande-dessinée est une petit vent de fraîcheur, très agréable à lire, à regarder (j’ai aimé la spéciale dédicace de Margaux, dont comme Diglee, je suis fan). On lui reprocherait peut-être d’être trop rapide à lire ^^ Merci beaucoup à mon chéri de me l’avoir offert !

 


Code: Breaker, tome 1, de Akimine Kamijyo

Présentation de l’éditeur :

Un mystérieux ado qui exécute des malfrats avec un étrange feu bleu.

Une jeune fille qui va tout tenter pour l’arrêter…

Une rencontre qui va provoquer des étincelles…

 

Éditeur : Pika
Année d’édition : 2011
Langue : Française
Nombre de pages : 190

 

Avis (très) personnel :

Voilà la nouvelle série de Akimine Kamijyo, l’auteur de Samurai Deeper Kyo.

En rentrant tard un soir, Sakura Sakurakouji voit dans un parc des jeunes gens qui brûlent, dans des flammes bleues (couleur observée grâce à la mise en page en couleur des huit premières pages). L’auteur de ces assassinats ? Un jeune homme de son âge, c’est même un nouvel élève dans son lycée, Rei Ogami. Même si les arguments de Rei se tiennent sur ses actes, Sakura n’est pas d’accord avec lui. Certes, les personnes qui ont été tuées ont fait de même avec d’autres, mais ce n’est pas une raison valable pour le faire. Elle va essayer de l’arrêter, tout en sachant très bien qu’il pourrait la tuer ou tuer ses amis, sa famille. Estimant Sakura comme un specimen rare, pour une raison que je n’évoquerai pas (vous ne voulez quand même pas que je vous spoile ?!), Rei ne la tuera point.. Nous le voyons parler avec un interlocuteur, dont nous ne connaissons pas l’identité. L’atmosphère semble assez obscur, mais il y a des situations un peu comiques qui allègent l’ambiance.

Par pure curiosité, j’aimerai connaître la suite. Mais, disons que si je ne la lis pas, cela ne m’empêchera pas de dormir. De plus, au niveau du dessin, je n’aime pas du tout le personnage de Rei… Cependant, en y réfléchissant, cela correspond bien à son personnage froid et distant. Bref, pas pressée de lire la suite !


Loup, y es-tu, de Henri Courtade

Présentation de l’éditeur :

Et si les êtres maléfiques des contes de notre enfance existaient réellement ?

Sans doute ces créatures vampiriseraient-elles notre planète. Elles seraient de tous les génocides, manipuleraient les plus grands dictateurs. Bref, tapies dans l’ombre d’Hitler ou sous le feu des projecteurs des plateaux télé, elles auraient entre leurs mains expertes le devenir de l’humanité.

Sinistre tableau !

Si de tels êtres vivaient, il serait à souhaiter que leur alter ego bienfaisant existe également. Qu’en ce début du XXIe siècle, ces personnages merveilleux s’éveillent et décident de se battre.

Et alors, qui sait de quel côté la balance pencherait…

 

Éditeur : Mille saisons
Année d’édition : 2010
Langue : Française
Nombre de pages : 344

 

Avis (très) personnel :

Après avoir lu de nombreux avis enthousiastes sur ce livre et aussi parce que j’aime les contes de fées, je me suis laissée tenter par ce livre. Et puis, il faut avouer que la couverture est très jolie !

La marâtre de Blanche neige est bien vivante dans notre monde. Elle ne cesse de répandre le mal autour d’elle de manière subtile, via ses médias, d’illustres personnages (Hitler, par exemple). Elle est (encore) jeune et belle, bref tout lui réussit, mais… Oui, il y a un « mais », sinon il n’y aurait pas d’histoire. Sa belle-fille, Blanche-neige, aka Albe Snösen, est également en vie, ainsi que trois autres jeunes filles provenant des contes de Grimm/Perrault (Cendrillon, alias Cindy Vairshoe, la Belle au bois dormant, dite Isabelle Boisjoly, le Chaperon rouge, dont le nom est Virginia Woolf). Ne supportant pas que d’autres personnes, autres qu’elle et ses soeurs, restent jeunes et jolies, elle prend très à cœur sa mission : les détruire. Ce livre va donc nous conter la façon dont Marilyn Von Sydow (le petit nom de la marâtre) va essayer de les tuer, la façon dont les princesses vont se réveiller, prendre conscience de leur vie antérieure.

J’ai eu un peu de mal à suivre l’histoire, à cause des points de vue qui diffèrent à chaque chapitre. Les sauts dans l’espace (voire dans le temps) sont tels que parfois je m’y perdais. De plus, je n’ai pas du tout réussi à m’accrocher aux personnages… Les critiques de l’auteur vis-à-vis de notre société ne sont pas subtiles, ce qui n’empêche pas que j’étais parfois d’accord avec lui. J’aime bien m’évader lorsque je lis un livre (Comment ?! Un thriller ne le permet pas ? Si, si, je vous assure ^^’). Et le fait qu’il y ait des références à l’actualité mondiale m’a quelque peu gênée. Malgré ces points légèrement négatifs, j’ai trouvé que l’écriture de l’auteur était fluide, et que les pages défilaient toutes seules. L’histoire reste agréable et non prise de tête. Je suis même un peu amusée à essayer de deviner à quels personnages correspondaient les protagonistes de l’histoire ^^

Je pense, cependant, d’après les autres avis (très !) positifs, que j’ai dû rater quelque chose… En fait, je suis déçue parce que je n’ai pas autant apprécié que les autres…


Spellman & Associés, tome 1, de Lisa Lutz

Présentation de l’éditeur :

Qui pourrait résister aux Spellman, la famille la plus sérieusement fêlée de la côte Ouest ? Certainement pas leur fille, Izzy, associée et néanmoins suspecte. Car, pour ces détectives-nés, rien n’est plus excitant que d’espionner, filer, faire chanter… les autre Spellman de préférence.

Mélange détonant d’humour et de suspense, ce best-seller international (et son héroïne) a fait craquer Hollywood : vous n’êtes pas près d’oublier les Spellman !

 

Éditeur : Le Livre de Poche
Année d’édition : 2009
Langue : Française
Nombre de pages : 439

 

Avis (très) personnel :

Fortement conseillé par quelques livradictiennes, je me suis laissée tenter par ce livre, lors d’un détour dans un grand magasin culturel.

Dans ce premier tome, Isabel Spellman, dite Izzy, est la principale protagoniste, celle que le lecteur suit dans ses pérégrinations. L’histoire est composée de deux axes temporels : le présent où Izzy, détective privée, se retrouve dans une salle d’interrogatoire, du côté du suspect. A partir de là, elle va raconter son histoire, celle de sa famille, la guerre qu’ils se sont déclarée, afin de bien comprendre l’histoire actuelle, histoire pour laquelle elle est interrogée et suspecte. La police d’écriture est différente selon le temps (flash-backs/passé ou salle d’interrogatoire/présent), ce qui permet donc de les différencier sans difficulté.

Izzy fait partie d’une famille de détectives : ses parents, son oncle, sa petite sœur. Seul son frère est sorti de l’affaire familiale. Le fait qu’ils soient détectives, ou qu’ils aient été formés pour cela, va entraîner toute une série d’actions-réactions assez cocasses, que je suis bien contente de ne pas connaître : les verrous aux portes des chambres, les micros, les filatures, le chantage, les négociations. Cela pourrait sembler normales comme dispositions pour des détectives, mais ce sont des choses qu’ils mettent en place dans leur maison ! Les comportements d’Izzy (ou de sa petite sœur, Rae) ont été conditionnés ainsi : surveillance du futur petit-ami, connaître ses habitudes, avant de le rencontrer. C’est un exemple parmi tant d’autres.

Ce premier tome permet de bien cerner cette famille si spéciale, le caractère de chacun d’entre eux est bien défini. Le côté policier est surtout représenté par le métier de détective. Il y a bien quelques disparitions à élucider, mais elles interviennent vers la fin et se résolvent de manière assez rapide. C’est surtout l’humour qui est présent dans ce volume, à cause des situations complètement improbables dans laquelle Izzy se met, ses réactions. Bref, c’est un tout. Dès que j’ai plongé mon nez dedans, je ne pouvais plus en sortir (ou alors très difficilement). Les pages se tournaient toutes seules, comme des grandes, et j’avais toujours envie d’en lire davantage. Je me jetterai bien sur le deuxième tome, Curse of the Spellmans, mais je ne l’ai point dans ma PAL… 😦

Ce livre sera prochainement adapté au cinéma, film dont le réalisateur est Barry Sonnenfeld (Men In Black).

6 / 20

 

Citations :

« Comme de bien entendu, Albert et Olivia estimaient que leur premier enfant était une pure merveille. Mais ce ne fut que deux ans plus tard, lorsque j’arrivai pour fournir un point de comparaison, qu’ils se rendirent compte que David était la perfection même. »

« Nous sommes tous autant plus intraitables sur notre vie privée que nous n’avons aucun respect pour celle des autres. »

« Ses cheveux aussi étaient figés dans le passé, et par une demi-bouteille de laque. »

« Mais les portes d’entrée sont toujours associées à des réflexions pleines de sous-entendus comme : Tiens, te voilà, ou : Mais enfin, où étais-tu passée ? Jamais les portes et moi n’avons été copines. »


Hell Blade, tome 1, de Je-Tae Yoo

Présentation de l’éditeur :

Londres, 1888. La ville entière est plongée dans la peur par un tueur en série connu sous le nom de Jack l’Éventreur. Il assassine et mutile des prostituées avec une brutalité extrême.

Vous croyez connaître cette histoire, mais vous vous trompez… Ces victimes cachent un secret terrifiant, et Jack n’est pas celui que vous croyez.

 

Editeur : Ki-Yoon
Année d’édition : 2011
Langue : Française
Nombre de pages : 182

 

Avis (très) personnel :

Comment un manhwa sur Jack l’Éventreur ? Je ne pouvais que l’acheter ! Enfin, techniquement, c’est M. Erato qui l’a fait ^^ En effet, ce tueur en série m’intrigue beaucoup et j’ai des périodes où je me renseigne de manière conséquente sur lui.

Dans cette série, l’atmosphère y est très sombre, la folie et les meurtres sont assez présents. Cela est mis en avant par les dessins, assez lugubres (le noir est très très utilisé !). On pourrait penser que c’est une n-ième réadaptation sur l’histoire de Jack l’Eventreur, mais ce n’est pas vraiment le cas. L’auteur a misé sur le côté fantastique, et sur le fait que le coupable ne serait peut-être pas celui qu’on croit. Préjugés, quand tu nous tiens ! Un autre protagoniste connu fera son également apparition dans ce tome, jouant pour le moment un rôle mineur. Cependant, je n’ai pas trouvé que cela correspondait réellement à son personnage dans les livres. J’étais d’ailleurs un peu déçue par cela…

Pour finir, je ne sais pas trop si je vais lire la suite. L’histoire me semble vraiment trop étrange, des meurtres avec des « monstres » et un soupçon d’ésotérisme. Je feuilletterai sûrement le prochain tome (qui sort le 14 avril 2011), afin de savoir si je continue ou non cette série.


A little princess, de Frances Hodgson Burnett

Présentation de l’éditeur :

Alone in a new country, wealthy Sara Crewe tries to settle in and make friends at boarding school. But, when she learns that she’ll never see her beloved father again, her life turned upside down. Transformed from princess to pauper, she must swap dancing lessons and luxury for hard work and a room in the attic. Will she find that kindness and generosity are all the riches she truly needs?

 

Éditeur : Penguin Books
Année d’édition : 2008
Langue : Anglaise
Nombre de pages : 294

 

Avis (très) personnel :

Qui ne connaît pas cette histoire ? Du moins, pour ceux de ma génération, peu de personnes ont raté l’adaptation en dessin animé. Je vous avouerai que j’étais scotchée devant ce DA, et je me souviens encore du générique ! Comme pour Mary Poppins, je ne savais pas que c’était une adaptation d’un livre A little princess (soit Une petite princesse en VF).

L’histoire débute en Angleterre, au début du 20ème siècle. M. Crewe emmène sa fille, Sara, dans un pensionnat pour jeunes filles par Miss Minchin. Dès le début, les rôles des personnages sont assez bien définis et ne changent pas vraiment au cours de l’histoire. Miss Minchin, la directrice, n’approuve pas l’intégration de Sara dans son école, cependant son père est riche, elle ne peut donc refuser cette importante rentrée d’argent ! Hé oui, c’est une vieille femme très intéressée. Sa soeur, Miss Amelia, bien que plus gentille, n’a pas la force de la contrarier. Quant à Sara, c’est une enfant gentille, perspicace, généreuse comme pas deux, très mature pour son âge (11 ans). Même après un terrible événèment, même lorsqu’elle sera relayée au rôle de bonne-à-tout-faire dans la pension de Miss Minchin, elle gardera sa force, ainsi que toutes les qualités précitées, elle ne fléchira pas. Dit comme cela, Sara donne l’impression d’être une petite fille parfaite, mais ce n’est pas le cas. Elle a parfois quelques accès de colère, elle sous-estime un peu son amie Ermengarde (lorsqu’elle est devenue pauvre). Son plus gros atout, son imagination ! Elle arrive à la communiquer à toutes celles qui l’écoutent (« Et si j’étais une princesse, comment réagirais-je ? », « Et si cette bouchée de ce pain était en fait un dîner entier ? »). C’est grâce à sa capacité de rêver, de faire « comme si », qu’elle arrive à tenir, malgré la faim qui la tiraille et les misères que lui font les autres. Bon, pas que grâce à ça, mais une grande partie quand même !

En parallèle de l’histoire de Sara, le lecteur suit celle de ses voisins, surnommée la Grande Famille et le monsieur Indien. Ce dernier essaie de retrouver une petite orpheline à l’aide du père de la Grande Famille. Ces deux histoires vont parfois se croiser (lorsque Sara les rencontre, les voit de loin), pour enfin se rejoindre entièrement.

Connaissant déjà l’histoire de par le dessin animé, je savais à l’avance ce qui allait se passer. Je redoutais l’évènement qui va faire plonger Sara. Mais, passé cela, l’histoire est très facile à lire. J’étais plongée dedans, et mon imagination vagabondait et se référait surtout (et encore) au dessin animé. Il faut avouer que l’image de Sara dans ce dernier était plus sympathique que sur les dessins du livre. Dessins qui sont, à mon goût, bien trop sombres. Quant au personnage de Sara, je ne me suis pas vraiment identifiée (ou bien ne serait-ce que par moment), elle était justement un peu trop parfaite, mais j’ai beaucoup aimé imaginer avec elle.

Bref, j’étais contente de retrouver l’univers de Sara ! Je pense également lire la suite, écrite par Hilary McKay, Les Petites Pensionnaires.


Tag des trente derniers jours

Me voilà tagguée par Melle Lalou ! Du boulot encore, et encore =P Enfin, heureusement que c’était distrayant !

 

1) Combien de fois avez-vous été en librairie, en bibliothèque ces trente derniers jours?

1) Zéro fois – 2) 1 à 10 fois – 3) Plus de 10 fois

Je dirais entre 1 et 10 fois, mais ca se rapprocherait davantage de 10 quand même ^^ Attention, je n’achète pas tout le temps ^^ Je sais me retenir !

 

2) Combien de livres ont rejoint votre PAL depuis? (hormis les emprunts de bibliothèque, une PAL étant la pile dont on ne se débarrasse pas comme ça et qui peut croupir chez soi des années)

1) Zéro – 2) 1 à 5 – 3) Plus de 5

Plus de 5, un peu plus du double même… Dont 5 qui ont reçus grâce à un concours ! (Mon porte-monnaie se porte donc assez bien)

  • Manabé Shima
  • Loup y es-tu
  • Itinéraire d’enfance
  • Mister Pip
  • Pico Bogue, tome 3
  • Spellman et associés

Et ceux reçus sont les suivants :

  • Micah Clarke
  • La Vallée de la peur
  • A Study in Scarlet
  • Souvenirs sur S.H.
  • Histoires secrètes de S.H.

 

3) Combien de livres dans votre LAL au cours des trente derniers jours?

1) Zéro 2) 1 à 10 3) Beaucoup plus

Ouh là ! Beaucoup plus ! J’en ajoute chaque jour, quand je visite les blogs de lecture… Elle augmente très vite en plus XD J’en suis à 700 et quelques je crois (BBM me dit 775, à l’heure actuelle).

 

4) Un livre lu en entier ces trente derniers jours? Faisait-il partie de la PAL? S’agit-il d’une nouvelle acquisition?

1) Aucun 2) Oui, et il faisait partie de la PAL 3) Oui, et il s’agit d’une de mes acquisitions de l’année

Je ne prends pas en compte les mangas (ceux-là, je ne les lis pas, je les avale !!).

  • A Little Princess -> récent
  • Pico Bogue -> récent
  • Les Crimes du Dr Watson -> ancien
  • Les Vacances -> récent (ebook)
  • Maudit karma -> récent
  • Au Bonheur des dames -> récent
  • Rumeurs -> ancien
  • Mary Poppins -> récent
  • Les Petites filles modèles -> récent (ebook)
  • Un Geek au Japon -> emprunt
  • Appointment with death -> emprunt
  • Dans la tête le venin -> récent (part’)
  • Les Voies de l’ombre -> ancien

Conclusion : sur 13 livres lus, 3 proviennent de mon ancienne PAL (ancienne signifie que mes livres y habitent depuis 1 an !). Ce n’est pas très encourageant, ça…

 

5) Un défi entamé pendant ces trente derniers jours?

1) Défi? 2) Entamé oui 3) Fini même

Rien du tout. Pas de LC, nada ^^ Qu’est-ce que je suis sérieuse =P

 

 

Je me rends compte que ma PAL mensuelle est correcte. Rien à redire dessus ^^

Je tag qui qui veut ! =)