Archives de Catégorie: Romance

Chocolat, de Joanne Harris


Présentation de l’éditeur :
Lansquenet est un petit village au cœur de la France où la vie s’écoule, paisible et immuable. L’arrivée d’une mystérieuse jeune femme, Vianne Rocher, et de sa fille, Anouk, va tout bouleverser. D’autant qu’elle s’avise d’ouvrir une confiserie juste en face de l’église, la veille du carême !
Dans sa boutique, Vianne propose d’irrésistibles sucreries. Et beaucoup succombent à son charme et à ses friandises… Car le chocolat de Vianne soigne les espoirs perdus et réveille des sentiments inattendus. Tout cela n’est pas du goût du comte de Reynaud et du curé, convaincus tous deux que les douceurs de Vianne menacent l’ordre et la moralité… En tout cas, la guerre est déclarée. Deux camps vont s’affronter : les partisans des promesses célestes et ceux des délices terrestres.

Editeur : J’ai Lu
Année d’édition : 2002
Langue : Française
Nombre de pages : 382

Avis (très) personnel :
Le titre donne le thème du livre : le chocolat. Nous allons observer la vie et les habitudes des villageois de Lansquenet-sous-Tannes, qui se trouvent bouleversés avec l’arrivée d’une toute nouvelle venue, Vianne Rocher et de sa petite fille Anouk. Elles vont ouvrir un magasin de chocolats, et apporter un peu de bonheur (ou pas) à ces personnes.

Le roman débute le jour du Carnaval et se termine le jour de Pâques. 2 mois d’histoire, qui peuvent sembler bien longs. En effet, j’avais l’impression que cela durait plus longtemps que ça. Mais, attention, je n’ai pas dit que ce n’était pas bien. Le fait de voir les moeurs évoluer jour après jour est intéressant, surtout que nous avons à la fois le point de vue de Vianne, et du prêtre, qui la considère comme le Diable personnifié.
Les différents arômes du chocolat embaument ce livre. Le lecteur est prompt à saliver, à la lecture des descriptions du travail du chocolat, de la décoration des vitrines, du bon chocolat chaud et des diverses confiseries. Quant aux habitants de Lansquenet-sous-Tannes, ils sont tous différents, ils ont évolué pour la plupart depuis les premières lignes du livre, en partie grâce à Vianne. Le prêtre, Caroline et Paul m’étaient insupportables. Surtout le prêtre dirais-je. Il m’a agacée au plus haut point, même si l’on sent que ses actions sont faites en fonction du « bien-être » de ses paroissiens.

Je me demande comment le film a été tourné… Pour ceux qui l’auraient vu, est-il aussi bien que le roman ? Je pense que j’y jetterai un oeil, plus tard, lorsque j’aurai bien digéré l’histoire. Et, puis, de ce que j’ai compris, il y aurait un tome 2 (Les Rochers de Montmartre).


Secrets d’Irlande, de Kate Hoffmann

Présentation de l’éditeur :

Les Quinn.

C’est pour retrouver les héritiers de cette vieille famille irlandaise, émigrée depuis des générations à l’autre bout du monde, que Gemma Moynihan s’est décidée à entreprendre le long voyage vers l’Australie. Car, elle en est certaine, les Quinn de Kerry Creek détiennent sans le savoir un bijou ancien qui pourrait changer le cours de sa vie. Sauf que lorsqu’elle rencontre Cal Quinn, le propriétaire du vaste domaine où elle est attendue, elle comprend que si cet homme a bel et bien le pouvoir de bouleverser son destin, ce n’est pas du tout pour les raisons qu’elle imaginait.

Car les secrets que Gemma meurt d’envie de partager avec cet homme incroyablement sexy sont bien plus intenses et sensuels que ceux qu’elle était venue percer…

 

Éditeur : Harlequin

Année d’édition : 2005

Langue : Française

Nombre de pages : 214

 

Avis (très) personnel :

Dans le cadre d’une Lecture Commune, mise en place par miss Leyla, j’ai lu Secrets d’Irlande.

Pour tout vous dire, je ne voulais vraiment pas le commencer. J’avais lu un Harlequin quand j’étais plus jeune (il y a 10/15 ans), et cela m’a pas mal marquée (et pas dans le bon sens du terme !).

Une jeune femme Gemma vient d’Irlande, afin de retrouver une émeraude, qui appartiendrait à ses ancêtres, mais qui aurait été volée par un certain Crevan Quinn. La récupération de ce bijou lui permettra (peut-être) de se faire reconnaître par son père, et la famille de celui-ci. Cependant, bien des choses vont lui arriver à Kerry Creek, le ranch de Cal Quinn, descendant du fameux Crevan.

Le lecteur (ou plutôt devrais-je la lectrice ?) fait d’abord connaissance avec les frères Quinn adolescents(Cal, Brody et Teague), puis Cal adulte (27ans), et enfin avec Gemma.

Les points de vue s’alternent, nous laissant voir les sentiments de Gemma, Cal, et surtout leurs désirs. En effet, dès leur première rencontre, elle n’arrête pas de l’observer… Son corps si sexy, si viril surtout ! Les descriptions ne manquent pas à ce niveau.

Le début est assez soft (même si Gemma surprend Cal dans sa « virile nudité » dès son arrivée dans le ranch… Mais quelle idée de n’avoir qu’une salle de bain aussi ! ^^), puis les scènes  deviennent assez osées (mais la collection Audacieuse veut ça, j’imagine ^^). J’avoue que parfois ce la m’a rendue un peu mal à l’aise…

L’histoire ne casse pas trois pattes : ils se rencontrent, ils couchent ensemble, ils se rendent compte qu’ils sont amoureux, mais ce n’est pas possible, et à la fin, ils se retrouvent et sont heureux (je ne spoile rien en disant cela, je pense que la trame doit être quasiment pareil dans les Harlequin avec un degré d’« ositude » plus ou moins élevé). Et les personnages m’ont un peu agacée…

Je ne pense vraiment pas que je lirai à nouveau un Harlequin, cela m’a un peu vaccinée ^^’ Cependant, j’ai hâte de voir le mini-swap qui est associé à cette LC !

 

Participent à cette LC : Leyla, Maela, Elizabeth-Bennet, Niline, Blueverbena, Nadège, Ethernya, Mamoun, Fée Bourbonnaise, Elea23, Cacahuète

 

Citations :

« Lorsqu’il se releva pour se tourner vers elle, la façon qu’il eut de se mouvoir, souple et féline, acheva de la séduire. »

 

Lien Bibliomania :


Lady Susan, de Jane Austen

Présentation de l’éditeur :

Une veuve spirituelle et jolie, mais sans un sou, trouve refuge chez son beau-frère, un riche banquier. Est-elle dénuée de scrupules, prête à tout pour faire un beau mariage, ou juste une coquette qui veut s’amuser ? Le jeune Reginald risque de payer cher la réponse à cette question… 

Éditeur : Folio
Année d’édition : 2006
Langue : Française
Nombre de pages : 116

Avis (très) personnel :

Voilà mon tout premier livre de Jane Austen. J’avais choisi ce dernier, sur les conseils avisés des membres du forum Livraddict
Je ne savais pas du tout que c’était un roman épistolaire. En effet, c’est un style que je n’apprécie pas énormément. Je pense que j’ai dû être traumatisée par Les liaisons dangereuses… Livre que je n’ai pas apprécié, justement à cause de ce style d’écriture.
Revenons à Lady Susan.
Le lecteur voit donc, à travers les lettres envoyées,les projets, les sentiments (factices ou réels) de Lady Susan, veuve, avec une enfant.
L’écriture est fluide. Le style ne m’a pas du tout gênée. Au contraire, j’ai bien aimé. Lire les lettres, pour connaître le point de vue des personnes qui côtoient Lady Susan. Le vocabulaire est, par ailleurs, compréhensible. Cela me changeait de la lecture précédente !
Lady Susan ne m’a pas du tout fait bonne impression. Calculatrice, stratège, égoïste. Voilà les termes qui pourraient la caractériser. Malgré cela, j’ai été bluffée par sa manière d’improviser aussi rapidement (c’est quelque chose qui me manque !).
J’ai ressenti de la pitié pour la pauvre Frederica, ainsi que pour Reginald, le prétendant abusé. Ils sont complètement sous la coupe de cette lady. Surtout Frederica, puisque Reginal arrive tant bien que mal à s’en défaire, à la fin. D’ailleurs, en parlant de la fin, j’en aurai une différente. Surtout pour Lady Susan. Une plus déplorable.
En bref, c’était une belle surprise. J’ai apprécié cette lecture, malgré ce style littéraire. Cela me donne un avant-goût de du style d’écriture de Jane Austen, qui ne me déplaît point. Bien que ce ne soit pas pour tout de suite, je pense que le prochain livre de cet auteur que je lirai sera Orgueil et Préjugés ! J’ai entendu tellement d’avis positifs dessus que je veux le lire ^^

Citation1 P26 :

« Ce projet aura au moins le mérite de m’amuser et de m’empêcher de ressentir aussi vivement cette affreuse séparation d’avec vous et d’avec tous ceux que j’aime. »

Citation2 P108 :

« Je suis lasse de soumettre ma volonté au caprice d’autrui, d’abdiquer mon jugement par déférence envers des gens auxquels je ne suis liée par aucun devoir et pour lesquels je n’éprouve aucun respect. J’ai fait trop de concessions – je me suis trop facilement laissée influencer. »

Nombre de livres lus : 12
Nombre de livres dans la PAL : 69