Archives mensuelles : janvier 2012

Young Sherlock Holmes, book 1 : Death Cloud, d’Andrew Lane


Présentation de l’éditeur :
When fourteen-year-old Sherlock Holmes discovers a pustule-covered body, it’s the start of a new life. Sherlock’s fearless mind and thirst for adventures lead him on a heart – stopping journey – from the quiet countryside to London’s dockland underworld, through fire, kidnap and espionage, to the heart of a terrifying plot that holds Britain’s future in its grasp.

Editeur : Pan MacMillan
Année d’édition : 2010
Langue : Anglaise
Nombre de pages : 320

Avis (très) personnel :
Ce premier tome présente les aventures de Sherlock Holmes quand il était plus jeune. Il n’est pas aussi perspicace que celui de Sir Conan Doyle, mais cela paraît justement plus crédible. Il est malgré tout assez logique pour son âge, peut-être grâce à son frère Mycroft, qui fait une apparition. Mais surtout grâce à son tuteur américain, Amyus Crowe.

Notre jeune détective s’est mis dans de (très) beaux draps ! Que s’est-il passé ?

Tout commence par des vacances d’été, qui auront lieu dans une famille éloignée. Séparé de sa famille, Sherlock se sent bien seul, et se lie d’amitié avec un jeune vagabond Matty. Ce dernier va lui raconter ce qu’il a vu : un homme mort assassiné, et un étrange nuage qui fuit le lieu du crime. J’ai bien aimé le fait de ne pas retrouver un Sherlock Holmes en miniature (une sorte de Meitantei Conan, que j’adore !). Mais plutôt un adolescent, qui deviendra ce qu’il est, grâce à des amis.
Mis à part le premier chapitre, l’auteur va se focaliser sur Sherlock Holmes, ce qui permet au lecteur de mieux le connaître. Nous le sentons frustré de pas pouvoir voir sa famille, sa mère, sa soeur, et ravi de rencontrer Matty, qui va devenir son ami. J’ai cru pendant un moment à une histoire un peu surnaturelle, en fin de compte, ce n’est pas le cas, comme les Sherlock de Conan Doyle (heureusement !).

C’était intéressant d’avoir un aperçu de sa jeunesse. Néanmoins, je pense que si je devrais lire un autre livre sur ce jeune Holmes, ce serait avec la plume d’Anthony Horowitz. Juste pour voir ce que cela peut donner (quelqu’un aurait-il lu les deux, pour me dire si c’est mieux ?). Et, peut-être en français. Je ne sais pas si c’était la fin de l’année, les fêtes, ou la fatigue, mais j’ai eu beaucoup de difficultés à lire ce roman…

Le film Sherlock Holmes (avec Robert Downey Jr et Jude Law) est enfin sorti !! L’avez-vous vu ? Vous pouvez trouver un avis assez positif chez Miss Spooky Muffin.

Publicités

Le Sang des sirènes, de Thierry Serfati


Présentation de l’éditeur :
Le docteur Jan Helleberg, célèbre pour ses travaux en immunologie et ses récentes recherches sur le virus HIV du sida, est retrouvé mort au volant de sa voiture. Mais son esprit revient parmi les vivants, quelques mois en arrière pour comprendre le pourquoi de cet accident. Car pour lui sa mort n’est pas une mort accidentelle. Une enquête va donc être menée, contée à travers deux récits : celui du défunt et celui de sa petite amie qui se confie peu à peu à une journaliste. Tout le scénario va nous emmener au coeur d’une guerre entre laboratoires à la recherche d’un moyen de paralyser le virus du sida.

Editeur : Le Livre de poche
Année d’édition : 2002
Langue : Française
Nombre de pages : 248

Avis (très) personnel :
Un chercheur scientifique renommé meurt dans un accident de voiture.
Accident ou meurtre ?

Cet homme, Jan, va revenir d’entre les morts et essayer de découvrir ce qui se tramait sous son nez. En parallèle, nous avons l’histoire du point de vue de sa dulcinée, Lara, qui se fait interviewer par une collègue journaliste, Bridget.
Ca va ? Vous arrivez à suivre, ce que j’écris ? J’ai l’impression que c’est un peu fouillis.
Bref, Jan à qui on a accordé le droit de revenir 6 mois avant son décès, va essayer de démasquer son meurtrier. J’ai trouvé que c’était étonnant d’utiliser ce concept. Revenir en arrière pour découvrir quelque chose. Mais attention, il y a une condition : ne pas interférer dans son comportement. Hé oui, car, à la fin Jan mourra toujours dans son accident.

Les deux points de vue ne sont pas du tout redondants. Ce n’est pas uniquement les ressentis de chacun, mais une continuité dans l’histoire. Nous n’avons pas l’impression de suivre 2 histoires, mais une seule !
Le contexte scientifique (immunologie) pourrait paraître barbant, mais que nenni. Cela m’a beaucoup intéressée et l’auteur utilise des termes simples, faciles à comprendre. Je me serais crue revenir au lycée ! Certes, il y a une part un peu mystique dans cette histoire : le fait de revivre son passé, et de tout simplement revenir d’entre les morts.

J’aurai aimé que le personnage de Jan soit plus approfondi, ainsi que pour certains personnages secondaires. Quant au dénouement, je ne m’y attendais pas du tout. J’ai été surprise même (agréablement) ! Un auteur dont je vais lire les autres oeuvres policières, dès que possible !

Pour info, cet auteur a également écrit la série des Oscar Pill, sous le nom d’Eli Anderson (dont le premier tome a été chroniqué ici).


Sadaharu Aoki

Connaissez-vous Sadaharu Aoki ? C’est un pâtissier japonais, qui est venu en France en 1991, nous faire découvrir ses oeuvres gourmandes. Il mélange avec succès les saveurs françaises et nippones.

Il a également réalisé des pâtisseries dans le cadre de la promotion de l’anime Yumeiro Patissiere, une jeune fille qui veut devenir justement pâtissière (d’ailleurs, pour l’avoir vu, c’est très cute, et surtout je craque pour les gâteaux et les fées de la pâtisserie !).

Ma première rencontre avec ce pâtissier s’est faite au Lafayette Gourmet. Son chou à la crème est une tuerie ! Ma BFF m’ayant vanté les mérites de son salon de thé, nous voilà parties avec nos +1 pour celui qui se trouve à côté du métro Ségur (L10). L’endroit est très épuré. Pas mal de gâteaux ont été vendus lors de notre arrivée…


Nous avons choisi un Sensuel, un Bambou, un Matcha-Azuki et un Croissant au Matcha. Le Sensuel, c’est le rouge/rose, aux fruits rouges et au chocolat. Le tout est légèrement acide. Le Bambou, c’est un mélange de thé vert et de chocolat noir. Je n’ai pas pu y goûter, mais cela avait l’air bon. Le Matcha-azuki (mon goûter ^^) est, comme le dit son surnom (oui surnom, car je ne connais pas du tout son vrai nom), un mélange de thé vert et de purée de haricots rouges. C’est japonisant, et très bon ! Quant au croissant au thé vert Matcha, à l’intérieur, il y a une sorte de pâte assez fine au matcha. C’est très étrange de voir un croissant vert…




Ces gourmandises ont été servies avec un Choc-o-lait Yuzu, un Choc-o-lait Matcha et deux Hoojicha. Les Choc-o-lait étaient servis avec une tasse de lait chaud. Celui au yuzu était pas mal, mais j’avais oublié que je n’aimais pas trop le mélange chocolat-orange (et la saveur du yuzu ressemble à l’orange). Je pense que j’aurais préféré manger ma pâtisserie avec du thé. En parlant de thé, leur théière est superbe !


Mais si vous n’avez pas le temps de grignoter quelque chose, vous pouvez toujours emporter chez vous les biscuits, gâteaux, chocolats et autres sucreries.


Ils vendaient, à l’occasion de l’Epiphanie, trois sortes de galettes : à la frangipane (classique), à la frangipane-thé vert matcha-marrons glacés et à la frangipane-thé vert matcha-rhum. C’est ce dernier que j’ai choisi (j’avoue à la base, je voulais une galette Ispahan de Pierre Hermé, mais il n’y en avait plus en boutique). C’est très bon ! Le mélange se marie parfaitement. Le goût du thé vert, assez amer, est léger, il en est de même pour celui du rhum.

Adresse :
35, rue de Vaugirard – 75006 Paris
Métro : Rennes
25, rue Pérignon – 75015 Paris
Métro : Ségur


Autour du Saumon

Autour du Saumon est une adresse que je connais depuis quelques temps, une adresse que j’aime beaucoup.
Il n’y actuellement que 2 restaurants dans Paris, et quelques boutiques dispersées un peu partout. Je ne connaissais que celui de Miron (vers Saint-Paul), et pour ce dîner avec les beaux-parents, nous sommes allés à celui de Convention. Les restaurants sont une petite partie de la boutique. Il faut donc réserver !

Comme vous pouvez vous en douter, c’est un restaurant spécialisé dans les poissons (et non, pas que des saumons), essentiellement fumés. Et, mis à part le foie gras, le saumon fumé est un de mes plats préférés !!

Nous avons commencé la dégustation avec un apéritif : whisky Nikka, kir royal, kir normal, porto rouge. Ces boissons ont été apportées avec des mises en bouche : des croustades suédoises garnies de rillettes de thon. C’était bon, croustillant et fondant… Il n’y en avait pas assez !



Mais heureusement, nous avons également pris une grande assiette apéritive, ainsi que 20g de caviar d’Aquitaine (c’était une bonne action, les euros reversés vont tout droit à une association et non dans les poches du fournisseur). Ma première dégustation de caviar… J’ai été surprise : c’est doux, légèrement salé (le serveur et responsable de salle nous indiquera plus tard que c’est dû à la jeunesse du caviar). Bref, c’est bon !

Quant à l’assiette apéritive, elle était composée de rillette de saumon, de tartare et de tarama. Je ne suis pas spécialement fan du dernier, mais les deux premiers mets… miam !! A tartiner sur du pain de mie blanc, du pain noir, avec une pointe de beurre d’Isigny.

Pour le plat de résistance, nous avons choisi un Autour du Saumon (composé de saumon fumé, mariné, sashimi de saumon frais (servi avec une sauce japonaise légèrement sucrée), tartare de deux saumons et saumon fumé à chaud) et un petite assiette de saumon fumé (une tranche de saumon fumé à la Norvégienne et à la Shetlandaise). Ces plats étaient accompagnés de pommes de terre soit à la sauce gravelax soit avec de la crème fraîche et du raifort.


Après tout cela, je n’avais presque plus faim pour un dessert. Donc, j’ai partagé un dessert avec Belle-maman : du pain perdu accompagné d’une boule de glace à la vanille. Les autres ont pris un thé gourmand et une tarte aux figues avec de la glace au lait d’amande.



Ce repas a été accompagné d’une bouteille de vin blanc et d’eau plate du Pays de Galles !

Et, à la fin, le responsable nous offre un verre de vodka ! Très sympa de sa part. On est ressortis conquis (enfin, je connaissais déjà, mais j’ai été conquise par ce resto de Convention). N’hésitez surtout pas à y aller !!

Adresse :
116, rue de la Convention – 75015 Paris
Métro : Boucicaut
60, rue François Miron – 75004 Paris
Métro : Hôtel de Ville


Percy Jackson, tome 3 : Le Sort du Titan, de Rick Riordan


Présentation de l’éditeur :
Les monstres sont toujours décidés à tuer les demi-dieux. Percy et ses amis Annabeth, Grover et Thalia se retrouvent face à un horrible manticore. Ils n’ont la vie sauve que grâce à l’intervention de la déesse Artémis et de ses Chasseresses. Mais, lorsque Annabeth puis Artémis disparaissent, une nouvelle quête semée d’embûches s’annonce : Percy devra plus que jamais se méfier des manipulations et des pièges de Cronos, le. Seigneur des Titans.

Editeur : Albin Michel
Année d’édition : 2008
Langue : Française
Nombre de pages : 356

Avis (très) personnel :
Attention, SPOILERS SUR LES TOMES PRECEDENTS.
Dans ce troisième tome, nous allons suivre Percy Jackson, sang-mêlé, fils de Poséidon, dans de nouvelles aventures. Que se passe-t-il, cette fois ? Il y a eu kidnapping d’une déesse, d’une sang-mêlé, de la part des Titans, et de ceux qui les soutiennent. De plus, ces derniers deviennent de plus en plus fort, et sont certains de renverser les Dieux. Percy va donc partir à la recherche des disparus, avec l’aide de son meilleur ami Grover, de Thalia (fille de Zeus), d’une Chasseresse d’Artémis Zoé et de Bianca (une toute jeune sang-mêlé).

L’histoire m’a bien plu, même si j’ai trouvé que ce groupe de « héros » avait parfois pas mal de chance. Je dis bien « parfois ». De plus, il y a une nouvelle révélation, qui ne m’avait pas vraiment traversé l’esprit, sauf vers la fin, lorsque le solstice d’hiver a lieu (soit le conseil des dieux). Information qui m’a donné envie de lire la suite !
Nous retrouvons les mêmes personnages que dans les précédents tomes. Percy est égal à lui-même : énervant, fonceur, mais fidèle à ses amis. Quant à Luke, un des ennemis de Percy, il semblerait qu’un halo de secret l’entoure. Est-il réellement méchant ? Nous ne le saurons que par la suite.

J’ai lu ce récit en français, et comme pour le premier tome, les titres sont vraiment… unsexy. Je vais me répéter, mais c’est vraiment enfantin. C’est pourquoi, j’ai la plupart du temps arrêté de lire les titres des chapitres. De plus, il y a certaines blagues en français, qui m’intriguent, et je me demande ce que cela donne dans la version originale. Je parle de blagues, parce qu’il y en a une qui m’a marquée, mais il y a également le langage d’une protagoniste qui est étrange.


Autre-Monde, tome 1 : L’Alliance des Trois, de Maxime Chattam


Présentation de l’éditeur :
New York, de nos jours. Matt et Tobias sont amis depuis l’enfance, grands amateurs de jeux de rôles, de jeux vidéos. Mais ce qui leur arrive est bien réel. New York est balayée par une tempête sans précédent. Des éclairs bleus fouillent les immeubles ne laissant des humains que leurs vêtements ou les transformant en mutants répugnants. Matt et Tobias arrivent à fuir sur une île et rejoignent une communauté d’enfants épargnés… Ils sont 77, de 9 à 17 ans, se dénomment les « Pans » et s’organisent pour survivre. Leurs ennemis sont les monstres « Gloutons » et les « Cyniks »humains, « violents et perfides », des adultes qui se sont transformés. Les enfants survivants ont développé des dons surnaturels, faire jaillir le feu,créer de l’électricité. Avec Ambre, Matt et Tobias vont former l’alliance des trois et essayer de comprendre et utiliser leur nouvelle nature .Comprendre aussi l’attitude étrange de certains membres de la communauté… Leur île risque d’être envahie par les Cyniks et un traître est parmi eux. Les « Pans »gagneront la bataille mais pour Matt et ses deux amis, l’aventure commence à peine. Ils quittent l’ïle,direction plein sud vers un royaume dont la reine cherche à capturer Matt. Derrière eux, l’ombre du Rampéradon, le monstre maléfique qui hante ses cauchemars plane à leur poursuite…

Editeur : Albin Michel
Année d’édition : 2008
Langue : Française
Nombre de pages : 496

Avis (très) personnel :
Un magasin étrange, un vendeur qui l’est tout autant, des éclairs qui vaporisent les gens. Bizarre, n’est-ce pas ? Mais ce n’est pas tout. En effet, après une tempête de neige, à Manhattan, les gens ont disparu (les adultes essentiellement), ou se sont transformés en mutants dégoûtants. Nous allons suivre Matthew, 14ans, qui va essayer de comprendre ce qu’il se passe, il sera accompagné de son meilleur ami Tobias. Ils vont découvrir un Manhattan enneigé, sans plus aucun véhicule, ni foule, des endroits complètement envahis par la végétation. Qu’est-il advenu de la Terre ?

Les enfants, surnommés Pans (comme Peter Pan, et non comme le dieu, comme je l’ai cru au début), constituent la plupart des survivants, ils se sont regroupés pour contrer des mutants, des chasseurs. Matt, Tobias vont rejoindre une unité de Pans. Ils vont faire la connaissance d’Ambre, une jeune fille très intelligente. Ces trois-là formeront l’Alliance des Trois. Conspiration, trahison, secret mais également amitié sont mis en avant.
J’ai beaucoup aimé suivre Matt, dans cette première partie de son aventure (et oui c’est une trilogie). C’est un jeune garçon, bien mature pour son âge (même si la maturité des enfants a évolué après la Tempête). C’est le héros de notre histoire. Et comme tous les héros, il est la cible des méchants (ici, ce sont les adultes), il fait des rêves réalistes (cela me rappelle quelque chose).

J’ai hâte de pouvoir lire la suite. Et, pourtant, j’ai beaucoup hésité à lire ce premier tome. Je ne connaissais Maxime Chattam qu’à travers ses thrillers, que j’avais pour la plupart aimé. Mais, la fantasy n’étant pas mon genre préféré (quel doux euphémisme), je ne me suis pas vraiment approché de la saga Autre Monde. Quelle erreur ! C’est le genre de scénario un peu catastrophe, dont je suis fan. Certes, l’intrigue ne casse pas trois pattes à un canard. Mais, c’est une lecture reposante et agréable, et on éprouve de la sympathie pour les personnages.


Miss Silver entre en scène, de Patricia Wentworth


Présentation de l’éditeur :
Si vous n’êtes jamais entré chez Old England, si vous avez la confiture d’oranges amères en horreur, si Big Ben et Piccadilly Circus n’évoquent rien pour vous, bref, si vous trouvez Miss Marple nulle et que ses apparitions à la télévision vous ont laissé de marbre, gardez-vous de lire les aventures de Miss Silver écrites par Patricia Wentworth. Si, au contraire, vous aimez l’atmosphère des salons de thé anglais, les romans de Barbara Pym et les aventures de frère Cadfael, alors ce livre et tous ceux qui composent la saga de cette autre reine du crime, Miss Maud Silver, compteront bientôt parmi vos livres de chevet favoris.

Editeur : 10-18
Année d’édition : 1992
Langue : Française
Nombre de pages : 379

Avis (très) personnel :
C’était un livre que je voulais absolument lire. En effet, j’avais vu sur un site, qu’il faisait partie des whodunit classiques, dans la lignée des Agatha Christie. Donc, lorsque je l’ai vu à la bibliothèque, je me suis presque jetée dessus.

L’histoire se passe dans une résidence, Vandeleur House, une ancienne maison constituée maintenant de plusieurs appartements. L’omniscience de l’auteur permet au lecteur de connaître un peu les habitants de la Vandeleur House. Les résidents ont tous des caractères différents, et forcément ils ont soit un alibi, soit le temps de tuer la victime. C’est surtout Miss Meade Underwood, qui est mise en avant parmi tous les protagonistes. La mise en place cet univers confiné permet de mieux connaître chacun des occupants, et les relations entre eux.

C’est intéressant, de voir que tout est lié (une sorte de réaction en chaîne). Miss Silver n’apparait pas très souvent à mon humble avis, mais joue très bien son rôle de vieille dame pour recueillir les paroles de chacun (qui se méfierait d’elle ? Elle est un peu la Miss Marple d’Agathe Christie, mais en plus active je trouve). Et puis, il faut dire que les inspecteurs sont bien cléments avec elle, surtout lorsqu’elle les contredit sur l’identité du coupable. Le seul hic, c’est qu’il y a un certain nombre de noms, ceux des résidents, ainsi que l’introduction dans l’intrigue d’évènements antérieurs à l’histoire. Ce dernier point est gênant, dans le sens où nous ne pouvons pas essayer de deviner l’identité du coupable, car il nous manque des éléments importants.
Je pense cependant que je vais continuer un bout de chemin avec cette dame !


2011 in review

Les lutins statisticiens chez WordPress.com ont préparé un rapport annuel 2011 pour ce blogue.

Voici un extrait:

La salle de concert de l’Opéra de Sydney contient 2 700 personnes. Ce blog a été visité environ 42 000 fois en 2011. Si c’était un concert à l’Opéra de Sydney, il faudrait environ 16 représentations à guichets fermés pour pour qu’autant de personnes le voient.

Cliquez ici pour voir le rapport complet.


Les Thanatonautes, tome 1 : Le Temps des Bricoleurs, de Bernard Werber & Eric Corbeyran & Pierre Taranzano


Présentation de l’éditeur :
À l’assaut du dernier continent inexploré par l’Homme : la Mort

Depuis tout petit, Michael Pinson entretient une fascination pour la mort, notamment suscitée par les réponses confuses des adultes à ses questions. Qu’est-ce donc que cet état où l’on part loin en restant immobile ? Où l’on est là tout en n’étant plus là ? Comment est-ce possible que personne n’en sache rien ? Sa rencontre avec le ténébreux et ambitieux Raoul Razorbak sera déterminante.

Les deux amis se lancent avec les moyens du bord dans l’exploration de ce qui se passe après, aiguillés par les témoignages rares mais concordants de ceux qui ont aperçu un fragment de l’au-delà… Ils s’improvisent Thanatonautes, du grec « thanatos », la Mort, et « nautês », les navigateurs.

Grâce au courage (et à l’inconscience !) des quelques premiers explorateurs volontaires, Michael Pinson et Raoul Razorbak vont progressivement faire reculer la frontière de l’inconnu sur le territoire du plus grand mystère de la condition humaine…

Editeur : Glénat
Année d’édition : 2011
Langue : Française
Nombre de pages : 56

Avis (très) personnel :
Je n’ai pas encore fait d’article sur le livre du même nom, et sur lequel s’appuie la bande-dessinée, mais il faut savoir que j’ai adoré le roman. Un de mes préférés de Bernard Werber. J’étais donc intriguée par ce que cela pouvait donner en images.

L’histoire, dans ce premier volume, débute aux Etats-Unis, en 2025, un grand-père qui essaie d’expliquer à son petit-fils ce qu’était la thanatonaucie (comment ça, j’invente des mots ?). Et nous voilà, revivant l’histoire de cette science. Nous faisons connaissance avec Michael Pinson et de son ami assez atypique Raoul Razorbak. Ils sont tout deux fascinés par la mort et vont essayer de voir ce qu’il y a après elle.

Ca reprend assez bien la trame du roman, même si ce premier tome met uniquement en place le décor et les principaux personnages. Je ne suis pas spécialement fan des dessins, je trouve les traits trop anguleux. Et, à la lecture du roman, j’imaginais mentalement les têtes des personnages et je ne les voyais pas vraiment comme ça. Mais, il est fort possible que je continue la série, en raison de mon attachement envers le livre
D’ailleurs, cela m’a donné envie de le relire…


Bilan du mois de Décembre 2011

J’espère que vous avez passé de bonnes fêtes (Noël, Saint-Sylvestre) et que vous avez eu de beaux cadeaux (livresques ou non). Pour la première fois, j’ai passé mon réveillon dans la belle-famille, et surtout, point très important, c’était à la montagne, avec la neige et le ciel bleu ! C’était magnifique !!
Pour ce mois de décembre, je me suis calmée vers la fin du mois, fatigue du lendemain de réveillon, envie de se reposer, de glandouiller, de ne pas envie lire (est-ce possible ?! Serais-je malade ?!).
Et, très bonne année 2012 !!

Livres

Absolument dé-bor-dée ! Ou le paradoxe du fonctionnaire, de Zoé Shepard
Un livre qui traite de la réalité de certains fonctionnaires. Amusant au début, cela en devient triste. Certes, on se moque des fonctionnaires, et de leurs horaires très fixes, mais l’humour à répétition sur le même sujet n’est pas plaisant au final.

Miss Silver entre en scène, de Patricia Wentworth
Un whodunit, très sympa à lire, qui m’a, par moment, rappelé Agatha Christie. Même si cette dernière reste indétrônable !!

Neverwhere, de Neil Gaiman
J’ai été conquise par la plume de cet auteur. Donc, oui, je le conseille fortement !!

Starfish, de Peter Watts
De la SF marine, intéressant mais un peu complexe au niveau des termes utilisés.

L’Autre-Monde T1 / T2 / T3, de Maxime Chattam
Des enfants qui se retrouvent dans un monde complètement différent de l’actuel. J’ai beaucoup aimé suivre leurs aventures, bien que l’intrigue ne soit pas très complexe.

Death Cloud, d’Andrew Lane
C’est le premier tome de la jeunesse de Sherlock Holmes, sa première incursion dans les enquêtes criminelles, son apprentissage de la logique, du bon sens, sur la découverte des indices.

Mangas / BDs

Bride Stories T3, de Kaoru Mori
Amir et Karluk ne sont plus à l’honneur dans ce volume, bien que faisant quelques quelques apparitions. En effet, ici, l’auteur va s’intéresser à M. Smith. Il va faire la rencontre d’une autre famille, se confronter à la dure réalité d’un occidental dans un pays asiatique. Il y a également un aparté sur Pariya (une histoire sur 4 cases en vertical) : que j’ai trouvé intéressant, ça la rend encore plus mignonne !

Judge T3, de Yoshiki Tonogai
Ne reste plus que 6 personnes à la fin de ce tome.
Pas de grands rebondissements, mais du suspense.

Calvin & Hobbes T8, de Bill Watterson
Un petit garçon très adorable, avec une imagination débordante. Un tigre en peluche que j’aurai adoré avoir, enfant !!

Restaurants

Et, non, pas de restaurants ce mois-ci. Enfin, pas de nouveau. Et puis, il fallait que je me garde pour les fêtes de fin d’année !

Livres reçus

Quelques cadeaux :
Passages mortels, de Kathy Reichs : la créatrice de Temperance Bones ! Je l’ai acheté, parce qu’il me manquait quelques sous pour avoir 10€ de bons d’achats… Si, si, je vous assure, c’est une bonne excuse !
Ce Cher Dexter / Dexter revient / Les Démons de Dexter, de Jeff Lindsay : cadeau reçu de la part de Cosmoboy, qui a vu que j’étais une fan du personnage. Si vous avez l’oeil (et la mémoire), vous vous souviendrez que c’est lui qui m’a offert Ce Cher Dexter, en point 2. Là, il a dû penser que dans la bibliothèque, le point 2 suivi de autres tomes en édition « de poche » ne serait pas à son aise ^^
Manipulé, de Laurent Terry / Les enfants de la nuit, de Frank Delaney / Syndrome E, de Frank Thilliez : Huhu, merci Lyra 😀
Harry Potter : Des romans à l’écran, de Bob McCabe : LE livre que je voulais depuis que je l’ai vu dans les rayons ! C’est mon n’amoureux qui me l’a offert

Les emprunts :
Le Prix de la magie, tome 1, de Kathleen Duey : Sita voulait absolument que je lise de la fantasy, de la vraie ^^
L’Echiquier du mal, tome 1, de Dan Simmons : l’article de Snow m’a donné envie de le lire (ça avait l’air bien tordu !!), et elle me l’a envoyé (par le biais de quelques morues postales).
Au pays des vivants, de Nicci French : après une première tentative mitigée (le livre Sourire en coin m’a laissée une sensation très bizarre), je tente à nouveau le tandem Nicci French avec ce livre.