Le Clos de la Marne

Nous avons décidé de dîner un soir avec nos voisins. Ceux avec qui nous faisons une garde partagée. Un dîner sans les enfants. Le rêve !

Après avoir laissé le petit monstre avec la baby-sitter (séparation très difficile), zou direction Le Clos de la Marne. Un restaurant situé dans le quartier de La Pie, à Saint-Maur. Oui, encore un article sur un restaurant loooooooin de Paris. Mais, ne vous inquiétez pas, j’ai d’autres articles en réserve sur des lieux parisiens:)

Vu le nom du restaurant, je pensais qu’il y aurait une vue sur la Marne, mais ce n’est pas vraiment le cas. Enfin, je pense que l’on peut la voir… derrière le grillage verdoyant et de l’autre côté de la route. Excepté cela, l’endroit est fort sympathique, la terrasse est visuellement bien isolée et décorée. Avec les températures actuelles, manger en extérieur est très agréable. D’ailleurs, petit point positif : on ne s’est même pas fait piquer par les moustiques !

Nous avons choisi tous les 4 le Menu gourmand. Vous savez, celui avec entrée, plat et dessert😉

Tout d’abord, apéro avec un cocktail maison. Un mélange de divers alcools… Je ne me rappelle plus trop lesquels hélas, mais c’était léger, rafraîchissant et pétillant. Mon chéri a même repris un verre durant le repas !

IMG_2920

Présentation de petites mises en bouche pour accompagner notre apéro : des verrines de mousse de saumon accompagnées de sticks en pâte feuilletée au fromage.

IMG_2921

En entrées : il y a eu 2 terrines de foie gras, avec sa copine la crème brûlée (au foie gras également). Assaisonnées comme il fallait. Du Saint-Marcellin pané avec des tranches de magret de canard fumé (c’était croquant, c’était coulant,  comme diraient les blogueuses culinaires, c’était crousti-fondant ^^). Une terrine de poisson blanc poêlé sur un lit de pommes de terre écrasées.

Petit sorbet frais et fruité avant d’entamer les plats.

IMG_2926

Voici le cœur du repas :
Filet de canette laquée et rosée avec une purée
Saumon cuit à l’unilatéral avec du riz et des petits légumes
Fricassée de rognons de veau avec des tagliatelles
C’était simple et bon.

En dessert, le moment tant attendu. pour moi, en tout cas !
3 tartes au citron meringuée, chacune accompagnée d’un sorbet à l’orange. Vu l’épaisseur de la pâte (ce qui n’était pas déplaisant), c’était une faite-maison ^^ et peut-être parce que j’y suis allergique, je ne voyais pas vraiment  l’intérêt des fruits sur la tarte…
1 éclair façon profiteroles, sur lequel était versé du chocolat fondu. Un dessert bien gourmand !

En résumé : un resto sympa, calme (sauf que lorsqu’on y est allés, c’était le début des vacances… Et quelqu’un avait organisé une sorte de grosse fête chez lui, avec sons, lumières et fumées ^^°), avec un service gentil mais un peu balbutiant (on a attendu longtemps pour avoir la carte, et pour payer…).

Adresse :
39 Quai de la Pie – 94100 Saint-Maur-des-Fossés
RER A : Saint-Maur-Créteil


NoGlu

NoGlu… No-Gluten… Un restaurant (et une épicerie) pour les intolérants au gluten. Mais, également, pour ceux qui ont envie de découvrir des repas délicieux pour un prix raisonnable.

IMG_2319

Avec ma copine, nous avons eu envie d’essayer, après avoir entendu pas mal d’avis positifs sur cet endroit.

J’ai pris un burger au colin pané avec des pommes de terre grenaille, et mon amie une salade au homard (bonne mais peu copieuse… Elle est restée sur sa faim).

J’ai été surprise par le moelleux du bun, pas sec pour un pouce. Et regardez-moi ce fromage grillé sur le petit pain… Miam miam… Le colin pané est également bon. Je mangerais bien à nouveau le tout. Petit point négatif cependant : les pommes de terre pas très croustillantes sur le dessus…

Un lieu cosy, avec une salle au premier étage. Un burger super bon. Des serveurs sympas, mais qui ont mis un peu de temps pour nous encaisser (c’est parce que je suis une grande impatiente ^^). En tout cas, la prochaine fois (parce qu’il y en aura une), je prendrais bien un dessert NoGlu, juste pour voir.

Il semble qu’un autre restaurant ouvrira dans 7e arrondissement, vers septembre 2016.

 

Adresse :
16 Passage des Panoramas – 75002 Paris (l’épicerie se trouve en face)
Métro : Bourse / Grands Boulevards
Horaires :
Lundi au samedi midi : 12h – 14h30
Mardi au samedi soir : 19h30 – 22h


Château des îles

Pour fêter les 32 ans de mon chéri, j’ai voulu l’emmener dans un endroit vraiment pas loin de chez nous, dans un cadre romantique et un peu classe. Un endroit où nous pourrions aller un soir avec notre petit de 2 ans…

Cet endroit, c’est le Château des Îles. Nous passons régulièrement devant ce lieu en voiture, en nous disant que ce serait cool d’y aller manger un jour. Mais, le temps manquant, nous n’y avons plus trop pensé.

Trève de blabla.

IMG_2590

Le Château des Îles est initialement un restaurant/guinguette, qui s’est transformé en hôtel-restaurant, qui accueille des réceptions, des évènements professionnels. Je trouve que la déco est simple, épurée et classe en même temps. Un piano traîne au milieu de la salle, libre d’être utilisée par les clients. Les serveurs ont été super avec mon garçon et, je peux vous dire que, ce soir-là, il n’était pas facile… Il a eu droit à une vraie chaise bébé et un repas de prince !

Pour commencer, nous apéro-tons avec une coupe de champagne et quelques mises en bouches (de gauche à droite : macaron de chèvre frais – que j’ai filé au petit, car je n’aime pas ça… Lui en tout cas s’est régalé -, petite tartelette au brocolis et un mini-sushi betterave/poisson), suivies d’une pré-entrée (tant pis pour moi, c’était une gambas… allergie quand tu nous tiens… la lose…).

Pendant ce temps-là, mon fiston se régalait avec son menu 3 étoiles : un velouté de petits pois versé dans une assiette creuse composée d’un œuf cuit à basse température (avec des petits croûtons de pain, qu’il picorait), une pièce de boucher avec des pommes de terre frites et un dessert à base de fraises gariguettes, sous diverses formes : profiteroles, sorbet etc. (que j’ai oublié de prendre en photo… mais, c’était superbement présenté). Ces plats correspondent à des plats « pour grands », mais en portions plus petites.

Parmi les 4 convives, 2 sortes d’entrées ont été choisies : pour ma part, j’ai pris le foie gras. Par habitude. Parce que j’adore ça, et le thé vert matcha. Je me demandais donc comment les deux se mariaient. Le foie gras était bon, mais je trouvais le goût du matcha assez léger. En revanche, l’entrée de la mer était très bonne.

IMG_2603

Foie gras au thé vert matcha, avec un sorbet fraises et une tuile au sésame

IMG_2605

Langoustines avec des rigatoni

En plat, c’était poisson pour la moitié de la tablée (pavé de sandre ou filet de saint-pierre) et agneau cuit de 3 manières différentes pour les autres. Les assiettes peuvent sembler chiche, mais à ce moment-là, j’étais on ne peut plus calée, et les autres également.

Cependant, je n’ai pas réussi à résister au chariot de fromages (et puis, d’abord, c’était dans le menu ! Ca fonctionne comme excuse ?). Juste pour goûter. A gauche, un morceau de brie de Meaux, au milieu un plutôt crémeux, et le dernier à droite un qui sentait un peu fort. J’ai complètement oublié les noms… Mais, ils étaient tous à base de lait de vache.

IMG_2609

Photo super sexy…

Et voici les desserts.

Une mousse coco/ananas légère, une sphère chocolat (sur laquelle le serveur versait un chocolat chaud : un dessert qui finalement n’est pas aussi lourd que cela semble être) et une dacquoise framboises/pistaches.

Clap de fin ? Non, pas encore. Des mignardises chocolatées ont été servies.

IMG_2617

Je conseille vivement ce restaurant. Le repas a été délicieux, et le service impeccable. La réservation est conseillée (une semaine à l’avance suffit – par chance, j’ai eu de la place alors que j’avais réservé le jour-même…).

Adresse :
85 Quai Winston Churchill – 94210 La Varenne Saint-Hilaire
Arrêt RER A : La Varenne Chennevières


Kodawari Ramen

J’avais entendu parler de ce restaurant grâce à Merci Alfred. Qui en faisait la promotion, en mettant en avant leur décoration atypique pour les français.

De l’extérieur, Kodawari Ramen ressemble à un restaurant japonais classique de râmens (classique, dans le sens comme là-bas). Mais, dès que l’on franchit le seuil de la porte, c’est une toute autre histoire.

IMG_9641

Vue depuis l’intérieur du restaurant (et non de l’entrée)

IMG_9640IMG_9628

Le serveur nous place au fond de la salle, près de la cuisine. J’avais l’impression d’être au Japon, dans une de ces ruelles, où s’alignent des stands de râmens.

Les tables sont réalisées à partir de planches en bois et de caisses de bières. Il y a des lampions au plafond.

Ce n’est pas très cosy, mais j’ai bien aimé l’ambiance dégagée par l’endroit. Kodawari Ramen ne propose que 4 sortes de râmens, au prix unique de 12€ (à cela, il est possible de rajouter des suppléments). Comme cela fait un moment que j’y suis allée,  je ne me rappelle plus ce que j’ai choisi…

En revanche, je me souviens du bon goût du bouillon ! Je le trouvais d’ailleurs moins gras que chez Hakata Chôten.

En tout cas, je le conseille pour l’endroit et les plats (bien sûr). Attention à la file d’attente ! Nous sommes arrivés à midi pile, et des gens faisaient déjà la queue en attendant l’ouverture du restaurant. Qui, contrairement aux restaurants japonais habituels, se situe sur la rive gauche.

Adresse :
29 Rue Mazarine – 75006 Paris
Métro : Saint Germain des Prés (ligne 4) / Mabillon / Odéon (Parking à deux pas)
Horaires :
Mardi-dimanche 12h-14h30 / 19h-22h30 (23h30 vendredi et samedi)
Pas de réservation
12€ le ramen


Brunch Haute Couture – Plaza Athénée

A l’occasion du White Day, mon chéri m’a offert un brunch Haute couture au Plaza Athénée, accompagnés de mon bébé et de mes 2 meilleurs amis. J’étais Joie et Émerveillement😀 Comme une gamine, en fait !

Le cadre est magnifique, plus chic qu’au Royal Monceau. Et, contrairement à ce dernier, ce fut un brunch servi à table. Nous étions d’ailleurs installés à une table, avec un fauteuil en arc de cercle, et les serveurs ont apporté une chaise haute pour mon petit garçon.

Des viennoiseries sur un présentoir : pain au chocolat, chausson aux pommes, croissant, petit pain…
Des jus de fruits : pomme verte, fruits rouges, et les classiques pamplemousse et orange.
Des boissons chaudes : thé, cappuccino, chocolat chaud à l’ancienne délayé avec du lait (on peut doser la quantité de lait, selon l’onctuosité voulue)IMG_9177
Le repas commence par un amuse-bouche : de la sole panée sur une sauce tartare. Que je n’ai pas prise en photo… Je n’y ai pensé qu’après l’avoir mangée ^^°

En entrée : j’ai choisi celle du jour, un velouté d’asperges, délicieux. Les asperges étaient goutues.

En plat : des œufs bénédictines au saumon fumé, sertis d’une lamelle de truffe noire, et accompagnés d’une coupe de champagne ! Mes amis ont plutôt choisi les œufs Cardinal : avec du homard, rien que ça.

Trio de fromages : à ce moment-là, j’ai calé… Il y avait beaucoup trop de choses mangées, et il restait le sucré !

IMG_9146
Et la farandole de desserts pour le final, accompagnée d’un riz au lait bien au chaud, d’une barre chocolatée ET de  la religieuse Caramel au beurre salé de Christophe Michalak !

IMG_9156

Verrines sucrées

J’étais tellement repue que je n’ai pas pu goûter à toutes les verrines… Je m’en suis presque voulu d’avoir laissé toutes ces bonnes choses sur la table.

Les serveurs ont été plus qu’aimables. Ils se sont bien occupés de mon garçon. Qui courait un peu partout.
Les viennoiseries non mangées ont été mises de côté dans un doggy bag pour le lendemain (voire le surlendemain, pour nous : réchauffées, elles étaient encore bonnes !).

Un très bel endroit, un super service, et des plats très bons.

Adresse :
25, Avenue Montaigne – 75008 Paris
Métro : Alma-Marceau (ligne 9)
Horaires pour le Brunch :
Samedi au mercredi : 11h-13h

 


Kyubey – Tokyo

En février, nous sommes retournés au Japon, pour 10 (petits) jours. Nous avons profité du Yuki Matsuri à Hokkaido : c’était magnifique, et les sculptures impressionnantes. Puis, nous avons passé le reste du séjour à Tokyo.

En arrivant à Tokyo, après avoir déposé nos valises dans notre appartement, nous avions une faim de loup. Et nous hésitions entre Kua’Aina (le fast-food hawaïen) et Kyubey, un restaurant de sushis. Ce dernier a remporté nos faveurs. Le principal restaurant se trouve à Ginza, nous sommes plutôt allés à celui qui est localisé au 7F du Keio Plaza Hotel. Rien que l’emplacement donne un indice sur les prix appliqués… Ce fut cher, cher mais délicieusement bon !

Capture d’écran 2016-04-01 à 20.06.02

Malgré notre arrivée tardive, vers 14h, le restaurant a bien voulu nous faire entrer. Et ce, à une condition : de manger assez rapidement, pour qu’à 14h30-45, nous soyons partis. Pas de problème ! D’ailleurs, pour que le service soit plus rapide, nous avons été installés au comptoir, face au maître sushi *o*

Nous avons choisi des menus quelque peu différent (il a fallu que je précise quelques-unes de mes allergies alimentaires : crustacés, coquillages, etc. Je ne vous dis pas la tête que le chef a tirée… ^^°).

IMG_7186

Voir ce maître faire des sushis, juste devant nos yeux, nous nous serions crus dans un rêve. Les poissons étaient parfois tendres, parfois légèrement croquants sous la dent, mais toujours d’une fraîcheur remarquable. Il en allait de même pour les crustacés, d’après mon chéri. Manger des sushis faits devant soi est presque grisant. J’aurais pu ne pas m’arrêter !

Pour finir une salade d’algues, une soupe et un thé vert nous ont été également servis. Pour accompagner le tout, nous avons choisi une bière sans alcool, et un sake.

Notre portefeuille s’est délesté de beaucoup (environ 17,000JPY), mais nous sommes ressortis repus de ce repas. Repus et heureux ! Il est à noter que le service fut impeccable. Les serveuses (je n’ai pas de serveurs) étaient présentes, pour nous resservir en boissons, en plats, mais sans être gênantes.

Ce fut le seul repas gastronomique que nous avons fait durant ce voyage. A mon grand désarroi, monsieur mon chéri a eu une indigestion alimentaire quelques jours après, durant notre séjour à Kawaguchiko…

IMG_7264

Avec une serveuse du Kyubey

Au 7e étage du Keio Plaza Hotel
2-Chome-2-1, Nishishinjuku, Shinjuku-ku, Tôkyô-to, 160-8330 Japon


Oïshinoya

Pfiuuu, je dépoussière le blog, après ces semaines, mois, voire années d’inactivité. Je vais reprendre tout doucement, et puis cela me mettra d’avoir un récap’ des restaurants pour certaines personnes:)

Je vais donc commencer par le restaurant Oïshinoya.

Je cherchais un restaurant pour un déjeuner avec une copine vers Bourse ou Grands Boulevards. Et, je suis tombée sur un article au sujet d’un restaurant japonais inconnu au bataillon, enfin… inconnu au mien, en tout cas. Oïshinoya est un restaurant, qui propose 3 types de donburi : le gyûdon, le wagyûdon, le butadon et le tofudon. Malgré mon retour récent du Japon, je n’hésite pas à me sacrifier et décide d’y emmener mon amie.

La décoration du restaurant est assez simpliste, des tables hautes, et 3-4 tables « normales ». La commande s’effectue au comptoir. Un Gyûdon standard pour moi, avec un œuf. Pour tester la qualité. Ma copine a choisi le menu, composé d’un Gyûdon, d’une soupe miso et d’une boisson. Nous nous installons à une table haute. Un choix pas si judicieux que cela, car la table ne comporte pas de petits crochets, où nous pourrions au moins accrocher nos sacs. La préparation des plats est très rapide. Nous avons attendu à peine 5-10min, avant que la cuisinière japonaise crie nos prénoms. Nous attrapons un plateau, une paire de baguette, et enfin notre bol de riz. A table !

Verdict : Bon rapport qualité-prix ! Ayant pris l’habitude d’avoir un tamago onsen, j’étais un peu déçue de la consistance de l’oeuf, dont le jaune était quasi cuit. Mis à part cela, c’était bon. Le service est rapide, un peu comme au Japon. En plus, il est possible d’acheter à emporter : ce qui peut être pratique lorsque le temps sera plus clément ! En tout cas, il est certain que je retournerai là-bas pour tester les autres donburi ;)

24, Galerie Montmartre – 75002 Paris
Métro : Bourse (3) / Grands Boulevards / Richelieu Drouot (8-9)
Horaires : du lundi au vendredi : 12h-14h30 / 18h30-23h
Et le samedi : 12h-15h / 18h30-23h
Exemple de prix : Gyûdon à 11€ (+soupe + boisson >> +3€)

Il y a également une autre adresse dans le 3e arrondissement de Paris (Métro : Filles du Calvaire).


Dimanche gourmand #2

Après une soirée très bec sucrée, rien de tel que de se poser et manger un burger, vous ne pensez pas ?

Quelques tapas : cuisses de poulet, onion rings, breadsticks mozza et jalapenos (pimentx fromage, tout ça frit)

Frites et burger

Frites, coleslaw, et un grand burger avec un supplément d’oignons frits


City cake

Lundi soir, j’ai été invitée à la soirée de pré-lancement du site Citycake. J’étais toute contente (et émue, il faut l’avouer) quand j’ai reçu l’invitation, et ce grâce mon petit blog.

Mais, qu’est-ce Citycake ?

Un site qui permettra d’acheter des pâtisseries et des chocolats en ligne et de se les faire livrer le jour meme (si commandées avant 17h). Et attention, ce sont des artisans de haut de gamme, des coups de coeur des créateurs : Benjamin Chemla et Ralph Guyot-Jeannin. Il y aura lors de l’ouverture du site le 25 juin des gourmandises de : Chloé S., Carl Marletti, Scoop me a cookie, Florence Kahn, Sadaharu Aoki, Jean Charles Rochoux, Tarte Kluger. et le Café Pouchkine.

Donc lundi soir, étant très intimidée d’y aller toute seule, j’ai inscrit mon n’amoureux et ma meilleure amie, pour qu’ils m’accompagnent. Dès l’arrivée, nous recevons un petit diplôme, où est inscrit une description de Citycake, ainsi qu’un cookie de Scoop me a cookie (énooorme), ou un chocolat de Sadaharu Aoki.

Comme nous étions là assez tôt, nous avons pu prendre des photos avant que les pâtisseries ne soient dévorées. Elles donnaient toutes envie de planter les dents dedans ! D’ailleurs, dès que la dégustation sucrée a commencé, certaines personnes ne se sont pas gênées pour embarquer le cupcake ou l’éclair entier, sachant qu’il n’y en avait qu’un de chaque sorte.

Je vous laisse découvrir.

Florence Kahn

Florence Kahn

Regardez-moi, ces cupcakes de Chloé S. !

Encore d’autres cupcakes, et un whoopie je crois

La fraise est presque aussi grande que le gâteau

Le petit fraisier du Café Pouchkine

LE fraisier ! La structure est en chocolat blanc, mais attention pas les fleurs, qui sont en sucre.

Quelques pâtisseries que nous aimerions bien goûter.

Toujours le Café Pouchkine

Là, ce sont des douceurs (éclair au matcha, chocolat) de Sadaharu Aoki, célèbre pâtissier japonais.

Ca, c’est le champagne rosé, qui a été servi lors de la soirée.

Les chocolats Jean-Charles Rochoux (et la pâte à tartiner était très bonne !)

Un chou praliné, une tarte au citron et bien d’autres douceurs de Carl Marletti

D’autres pâtisseries de Carl Marletti : des religieuses, un mille-feuille (dont la crème est juste une tuerie)

La Marie-Antoinette, ça donne vraiment envie, vous ne trouvez pas ?

Et, enfin, Scoop me a cookie, dont les cookies sont énoooormes. J’ai goûté celui que j’ai reçu, et il est fondant, bien cacahuété, avec un bon goût de caramel.

 

La soirée a été ponctuée d’un petit buffet salé, accompagné de champagne rosée et de soft, puis d’une présentation de l’entreprise et du site internet, que nous avons pu voir en avant-première.
D’ailleurs en ce qui concerne ce dernier, le site est clair, sans fioritures. Il y a une biographie de l’artisan. Et il est prévu qu’un blog se crée avec des vidéos hebdomadaires sur les partenaires de Citycake.
Cependant, je trouve qu’il manque la description du produit, pour que le client puisse savoir ce qu’il y a dans les pâtisseries. Le prix hors taxe est gênant pour un particulier : par exemple, la pâtisserie à 5.02€ revient à 5.30€, si mes souvenirs sont bons. Nous n’avons pas vraiment l’habitude de payer les produits HT. Et dernier point un peu négatif (même si c’est compréhensible) : il faut avoir dans le panier un minimum de 25€ par partenaire ! Donc, juste pour une petite envie d’un instant, cela n’est pas possible. En revanche, pour une soirée chez soi, avec des amis, cela peut être intéressant.

Malgré ces quelques points, je tenterai malgré tout l’aventure, au moins pour voir dans quel état arrivent les gâteaux !

Si vous voulez faire un tour, c’est par là : http://www.citycake.fr/index/Vous avez vu, il y a même un compte à rebours:)


Moutarde Street

Voici un autre restaurant spécialisé dans les burgers et les bagels.

Les menus sont proposés façon journal, comme chez Razowski. Nous commençons par trinquer : martinis bianco pour les filles, vodka-red bull pour les garçons. Au moins, en Turquie, le verre était rempli à ras bord !!


Ma copine m’avait prévenue que les plats étaient très consistants et assez généreux. Je fais donc l’impasse sur les onions rings, qu’ont malgré tout choisis les deux hommes. J’avoue, j’en ai quand même piqué 2 petits.

Les bagels et burgers arrivent. Les bagels saumon fumé sont accompagnés d’une salade (avec une sauce un peu sucrée) et des frites (peut-être un peu grasses, mais croustillantes). Il est bien sûr possible de ne demander que la salade (option plus light). Il en va de même pour les burgers. Je crois qu’il y a eu un bacon-burger et un cheese-burger.



Nous avons tout dévoré, ou presque, je n’ai pas réussi à finir la fin de mon bagel… Mais, j’étais d’attaque pour le dessert, une gaufre. D’ailleurs, étant placés à côté du comptoir, nous avons vu passer quelques assiettes de gaufres, bien appétissantes, avec leur odeur caractéristique ! Une gaufre aux fruits rouges pour les filles (il en restait un quart, l’estomac était remplie), deux gaufres au nutella pour les garçons (avec ou sans chantilly).


Je peux vous dire qu’après ça, on a eu du mal à marcher pour rentrer chez nous ! Je pense que j’y retournerai, je me suis bien régalée. Niveau service, ils sont sympathiques, mais on a lutté pour avoir l’addition (on aurait peut-être dû partir sans payer…).

Adresse :
23, boulevard des Italiens – 75002 Paris
Métro : Opéra


Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 388 autres abonnés