Archives mensuelles : septembre 2010

SWAP Vos Vacances

Ca y est, ça y est, j’ai enfin reçu mon colis dans le cadre du swap Vos Vacances !
Oui, oui, je viens tout juste de le recevoir, la veille de la publication des billets, si ce n’est pas de la chance ça !
Quand j’ai vu, dans ma BAL, le petit papier indiquant qu’un colis m’attendait chez mon concierge, j’ai cru que j’allais sauter au plafond.

Voilà le colis qui m’attendait.
Voilà le tout déballé.
Il fallait que je suive précisément les instructions. D’abord la première enveloppe, et la deuxième.
La deuxième enveloppe contenait un petit cahier, une sorte de carnet de bord (ponctué de photos), où était inscrit tout ce que ma swappeuse avait fait lors de son voyage à New York ^^ 
Je découvrirai mes cadeaux, en suivant le voyage de ma swappeuse.
Comme je suis une quiche, j’ai cru que l’exemple qu’elle m’avait donné devait m’indiquer le premier cadeau (j’ai réalisé plus tard dans le carnet que ce n’était pas le cas …).
Je vais quand même vous faire découvrir New York par ordre de déballage ^^
Mission Times Square : 2 crayons à papier, pour mes futurs avis ?
Mission FAO Schwartz : une boutique Harry Potter !!!!!!!!
Voici les bonbons qui rendent la bouche et les dents bleues ^^ (je vais peut-être éviter d’en manger au travail)
Mission Strand : la plus vieille libraire de NY.
Le livre Let the Great World Spin, de Colum McCann (qui m’a l’air pas mal, et ça ne gêne pas du tout que ce soit en VO ^^)
Mission Times Square : C’est là que je me suis rendu compte que je m’étais lourdement trompée au début ^^’ Et encore, je n’ai pas réalisé tout de suite… J’ai donc ouvert un autre paquet (je vous le dis, mon cerveau n’est pas réveillée aujourd’hui).
Statue de la Liberté qui garde désormais mon frigo ^^
Mission Pharmacy : des petites douceurs (vous vous rendez compte, que je n’ai encore rien grignoté !!)
Mission en allant vers Times Square : j’étais censée ouvrir le paquet de la statue de la liberté, ainsi que celui-là : 2 marque-ta-page, spécial NYC, aimantés en plus ! J’adore !
Mission Boutique de l’hôtel : où je reçois un porte-clefs (il manque par contre les clés de la chambre d’hôtel *sifflote*)
Mission Shopping *o* : des sous (pas beaucoup =D), et une bague (pas vraiment mon style, et c’est pour ça que je l’adore !!! Merci ^^)
Mission Retour en France : des bonbons qui piquent, un guide sur NYC (très utile pour quand je partirai là-bas !) et un deuxième livre Precious, de Sapphire.
Mais, mais, il reste encore des choses dans mon colis.
Un distributeur M&M’s (je vais être obligée d’acheter des bonbons pour le remplir =D) et des brochures de comédies musicales (Mary Poppins !!!!)

Voili voilou, c’est la fin. Une petite photo de famille s’impose, pour montrer à quel point j’ai été pourrite gâtée ^^
Ca me donne très très envie d’y aller ! Merci à ma swappeuse qui est …. roulement de tambour … Tachas !!! C’est magnifique ce que tu m’as offert ! J’aime tout, tout, tout ^^ M. Erato pourra confirmer que je n’arrêtais pas de sautiller ^^

Merci Tachas, c’est adorable ! Et puis bravo à l’organisatrice 😉

Pour savoir ce que j’ai offert à ma swappée, c’est chez Metyuro.

Le nid des papillons, de Marie Garnier

Présentation de l’éditeur :

Un matin semblable à tous les autres, ou presque, je ne le sais pas encore, c’est pour aujourd’hui.
Je m’apprête à vivre l’une des journées les plus merveilleuses de la vie d’une femme, je vais être maman.
Cette journée va pourtant tout bouleverser, plus de repaires, plus d’avenir, plus de passé.
Me voilà projetée dans cet univers décalé sans y être préparée, sans même avoir conscience qu’il existait.
J’ai peur !
Que vais-je devenir ?
Que va-t-elle devenir ?
J’ai longtemps cherché comment construire le combat qu’il me fallait mener, pour toi ma fille, pour ton présent, pour mon passé, pour ton futur, pour ton identité.



Éditeur : Les Editions Baudelaire
Année d’édition : 2010
Langue : Française
Nombre de pages : 94


Avis (très) personnel :

Dans le cadre d’un partenariat avec les éditions Baudelaire, Livraddict proposait, parmi d’autres titres, Le nid des papillons, de Marie Garnier. Je pensais que ça allait parler de la grossesse, du fait de devenir maman. Du moins, c’est ce que j’avais cru comprendre en lisant le résumé. Puis, après avoir reçu l’enveloppe contenant le livre et surtout des articles de presse, j’ai réalisé que cela ne traitait pas vraiment le sujet. Peut-être est-ce mieux que j’aie lu l’article avant. Je m’étais donc ainsi préparée avant de lire l’histoire.


Marie Garnier nous décrit son accouchement, et les évènements qui vont s’ensuivre. Sa fille, Anaïs, est atteinte d’une infirmité moteur cérébrale, elle ne peut donc marcher, ni parler. Marie va tout faire pour qu’elle mène une vie « normale ». Le lect eur ressent sa douleur, mais comme elle le dit, ce n’est pas pour que nous la plaignons, qu’elle a écrit ce livre. Il faut également voir que c’est une ode à l’amour. Amour pour sa fille. On le sent à travers ses mots, ses phrases, son texte, qu’elle aime sa fille plus que tout. D’ailleurs, je l’ai sentie possessive envers elle. Je ne sais pas si les mères réagissent toutes de la même manière, n’étant pas une moi-même. Le fait que l’histoire soit écrite à la première personne m’a davantage rapprochée de l’auteur (comme tous les récits écrits dans ce style-là). J’étais touchée par cet amour fou, cet amour possessif pour sa fille (en effet, elle le dit elle-même, le papa n’était qu’un « meuble », elle ne la voulait que pour elle). C’est également effrayant, car je me demande si elle aurait agi de la même manière si sa fille n’avait pas été atteinte par ce retard. Il y a un tel amour, qu’elle ne vit que pour sa fille. Le lecteur le voit à travers des passages en italique (ce sont des moments « actuels ») qui montrent qu’elle culpabilise lorsqu’elle ne pense pas à Anaïs.
Après avoir lu ce livre, cette histoire d’amour filial et de combat, je ne sais pas si je me sens capable d’avoir des enfants, être capable d’éprouver autant d’amour pour mon enfant (surtout s’il est atteint d’une maladie neurologique). Serais-je assez forte ?
Même si, initialement, je pensais lire un tout autre livre, j’ai bien aimé cette histoire, qui m’a parfois émue. De plus, il est rapide et facile à lire : il fait une centaine de pages et les phrases sont courtes. Il y a parfois quelques coquilles, mais cela n’entache en rien.



Citations :

« Au lieu de me plaindre de ce que la rose a des épines, je me félicite que l’épine soit surmontée de roses et que le buisson porte des fleurs » Joseph Joubert

«  »Même dans les périodes les plus sombres de mon combat, quand le doute prédomine, mes pleurs se transforment en rires dès que ses yeux bleus croisent les miens. Je regarde Anaïs et toutes mes angoisses, mes peines sont effacées, pulvérisées. »

Je remercie Livraddict et les éditions Baudelaire de m’avoir fait confiance pour ce partenariat !

Lien Bibliomania :

La théorie de la contorsion, de Margaux Motin

Présentation de l’éditeur :

Je suis quelqu’un d’assez souple, dans la vie, en général. J’veux dire, je m’adapte à peu près à toutes les situations. Mais dès qu’on essaie de me ranger dans des cases et de me coller des étiquettes, je suis trop nombreuses, on fait des crises de claustrophobie. C’est mauvais pour mon teint et en plus, je digère mal. Je veux bien être « Mère », ça me va. « Illustratrice », c’est cool. « Fiiiille », ça me satisfait, de toute façon, si je devais faire pipi debout, j’arrêterais pas de saloper mes godasses. Mais je ne peux pas être que ça, tout le temps. Je veux être libre d’être toutes les femmes que j’ai envie d’être, même celles auxquelles j’ai pas encore pensé, même celle que je ne pensais pas vouloir être y’a cinq minutes. Et ça me semble évident que ça serait archi pas écologique tout le papier qu’il faudrait pour coller des étiquettes à toutes ces bonnes femmes… Donc autant nous laisser courir toutes nues dans les champs de pâquerettes.
CQFD.

Editeur : Marabout
Année d’édition : 2010
Langue : Française
Nombre de pages : 176

Avis (très) personnel :

Margaux Motin, je suis son blog depuis pas mal de temps déjà : environ 1 an, 1 an et demi. Forcément, lorsqu’elle a sorti sa première bande-dessinée, je suis allée directement l’acheter (J’aurai adoré être ethnologue…). J’avais beaucoup aimé ce premier tome, même si c’était principalement des redites de son blog.
Hier, en allant à la librairie, j’ai vu cette deuxième bande-dessinée de Margaux. J’ai donc failli à ma promesse de ne plus acheter de livres. Je le finis le soir même !
J’étais ravie de retrouver le style de Margaux et son humour décapant (et un peu de vulgarité aussi ^^). J’aime beaucoup lorsqu’elle mélange les photos et ses dessins, ça rend très bien, je trouve. On retrouve quelques planches de son blog, mais il y en a pas mal qui sont nouvelles. Le style est toujours aussi frais, rafraichissant (Poupette est trop mignonne !).
Très agréable à lire (même si parfois son écriture n’est pas très lisible ^^’), j’ai eu quelques fous rires en le lisant !


Lien Bibliomania :


Les Colombes du Roi-Soleil, tome 1 : Les comédiennes de monsieur Racine, d’Anne-Marie Desplat-Duc

Présentation de l’éditeur :

Le célèbre monsieur Racine écrit une pièce de théatre pour les élèves de madame de Maintenon, les Colombes du Roi-Soleil. L’occasion idéale pour s’illustrer et, qui sait ?, être remarquée par le Roi. L’excitation est à son comble parmi les jeunes filles. Y aura-t-il un rôle pour chacune d’entre elles ?

Editeur : Flammarion
Année d’édition : 2010
Langue : Française
Nombre de pages : 180

Avis (très) personnel :

C’est sur le blog de Pauline, que j’ai découvert ce livre. Ou, plutôt, devrais-je dire cette série. En effet, elle est composée de 9 tomes pour le moment. Apparemment, un nouveau tome devrait paraître début 2011.
Je ne regrette pas du tout cette découverte. J’adore la période royale, plus particulièrement la période du Roi-Soleil, ainsi que celle de Marie-Antoinette. Il est vrai que ce sont celles qui sont les plus connues. Avec toutes les histoires, les films, les téléfilms vus ou entendus, cela m’a donné envie de connaître davantage ces deux périodes certes, mais surtout d’élargir ma connaissance sur d’autres périodes royales, ou sur d’autres personnes.
Le lecteur va suivre à travers ce livre quatre jeunes filles, d’une quinzaine d’années. Quatre jeunes filles qui ont eu la chance d’intégrer la Maison Royale de Saint-Cyr. En effet, à la base, ce sont de jeunes demoiselles, qui sont pauvres et et qui, grâce à un parent proche, ont pu accéder à cette école, sous réserve de certaines conditions. Le lecteur suit, donc, dans ce tome, la vie dans cette Maison, la façon dont elle est organisée, ainsi que la manière dont ces jeunes filles se divertissent. Tout cela est ponctué d’anecdotes réelles sur les protagonistes ayant existé (Mme de Maintenon, Lully, etc.). Grâce à monsieur Racine et Mme de Maintenon, neuf d’entre elles vont être choisies pour jouer une pièce de Racine, Esther, qui sera jouée devant le Roi.
J’ai beaucoup aimé cette lecture, où sont décrits les habits somptueux, les habitudes de ces jeunes filles. L’écriture est fluide et agréable à lire. Les quatre principales protagonistes (auxquelles un tome va leur être consacré à chacune d’elle) ont des caractères et des physiques différents. Charlotte est la rebelle du groupe, Hortense la prude, la naïve, Isabeau la sage (je me suis le plus identifiée à elle) et, enfin, Louise, la douce Louise, qui cache un secret. Le lecteur peut avoir une idée de leur physique, outre la description, sur la quatrième de couverture. Il y a une mini représentation de ces jeunes filles. De plus, le lecteur peut observer les pensées de celles-ci. Cela nous rapproche davantage d’elles.
J’ai été servie au niveau des froufrous, dentelles, bustiers, corsets. Il n’y a pas beaucoup de détails, le peu qu’il y avait m’a ravie. Bien sûr, ce n’est pas une époque parfaite, et cela est montré dans le livre : l’humidité de la Maison, les maladies qui ne sont pas aussi bien soignées que maintenant, les mariages arrangés avec des vieux messieurs (mais faisant partie de la cour).
Presque un coup de coeur ^^
Je le conseille à celles qui aiment cette époque royaliste. Quant à moi, dès que je pourrais, je vais m’acheter la suite !
Je me suis rendue compte qu’il rentrait dans le challenge Histoire, c’est magnifique, non ? ^^

Nombre de livres lus : 1
Lien Bibliomania :

J’aime les sushis, tome 1, de Ayumi Komora

 

Présentation de l’éditeur :
Élève dans la section hôtelière de son lycée, Hanayu est dingue de sushis ! Depuis qu’elle y a goûté enfant, elle ne rêve plus que d’une chose : devenir Maître sushi, une spécialiste capable de découper le poisson comme personne ! Seul hic : elle est supposée reprendre l’entreprise familiale, une pâtisserie de renom… Poissons et entremets ne faisant pas bon ménage, la jeune fille, volontaire et rusée, monte un ingénieux stratagème : épouser Hayato Hyûga, un élève de sa classe, et fils d’un Maître sushi ! Ce qu’elle ne sait pas, c’est que lui, rêve de devenir… Chef pâtissier ! Ce premier imbroglio annonce les multiples péripéties à venir, tout au long de ce véritable shôjo culinaire, riche et diversifié comme la carte d’un authentique restaurant de poisson cru !
Éditeur : Delcourt
Année d’édition : 2010
Langue : Française
Nombre de pages : 192
Avis (très) personnel :
J’attendais ce manga depuis quelques semaines. En effet, vous connaissez maintenant ma passion pour la nourriture ! Je ne pouvais donc pas passer à côté de cette série !
Dès le début, le lecteur pourra déguster (avec les yeux) des plats préparés par les élèves de la section hôtelière. Ici, nous verrons des plats de poissons crus, des pâtisseries, tout cela saupoudré avec un peu de romance (sinon ce ne serait pas un shôjo).
Bien qu’elle soit la fille d’un pâtissier, Hanayu souhaite devenir Maître Sushi. Pour cela, elle pense à un stratagème : épouser Hyûga, qui lui est fils d’un Maître sushi. Ironie du sort, ce jeune homme voudrait devenir pâtissier. Comme quoi, les grands esprits se rencontrent ^^
La romance entre ces deux personnages est, pour le moment, mignonne comme tout. Et comme ils n’ont pas la même vision de leur relation (Hyûga m’a l’air assez amoureux d’Hayato, qui, elle, ne pense qu’aux sushis…), cela donne des moments assez comiques.
Je le conseille pour celles (ou ceux) qui aiment les shôjo et la nourriture =D
Je ne sais pas si c’est le cas pour vous, mais le titre me fait penser au sketch de Gad Elmaleh, « Chouchou » ^^

Harry Potter and the Order of the Phoenix, de J.K Rowling

Présentation de l’éditeur :

Harry Potter is due to start his fifth year at Hogwarts School of Witchcraft and Wizardry. His best friends Ron and Hermione have been very secretive all summer and he is desperate to get back to school and find out what has been going on. However, what Harry discovers is far more devastating than he could ever have expected …

Présentation de l’éditeur Gallimard :

A quinze ans, Harry s’apprête à entrer en cinquième année à Poudlard. Et s’il est heureux de retrouver le monde des sorciers, il n’a jamais été aussi anxieux. L’adolescence, la perspective des examens importants en fin d’année et ces étranges cauchemars… Car Celui-Dont-On-Ne-Doit-Pas-Prononcer-Le-Nom est de retour et, plus que jamais, Harry sent peser sur lui une terrible menace. Une menace que le ministère de la Magie ne semble pas prendre au sérieux, contrairement à Dumbledore. Poudlard devient alors le terrain d’une véritable lutte de pouvoir. La résistance s’organise autour de Harry qui va devoir compter sur le courage et la fidélité de ses amis de toujours..

Editeur : Bloomsbury
Année d’édition : 2004
Langue : Anglaise
Nombre de pages : 956

Avis (très) personnel :

Ce cinquième tome est celui que je préfère le moins. Et encore, je suis gentille quand j’utilise ces termes ^^ Peut-être est-ce dû à la version anglaise, Harry m’a (légèrement) moins portée sur les nerfs.

Nous avons, ici, un tome plus sombre que le précédent (et c’en est ainsi jusqu’à la fin de la saga, peut-on dire). Vold-, enfin Vous-Savez-Qui est davantage présent, non pas par sa présence physique, mais par celle de ses Death Eaters, de Harry Potter. En effet, Harry va commencer à faire des rêves, rêves impliquant Voldemort, ainsi qu’une mystérieuse cachette qui dissimule une arme secrète.

Le début se déroule comme (presque) d’habitude à Little Whinghing. Durant cet été caniculaire, Harry se sent plus que jamais seul, sans ses amis, surtout à cause de la fin du tome 4 (la mort d’un certain personnage, ainsi que le retour de Voldemort). Cependant, il ne va rester qu’un mois dans la maison de sa tante. Lorsqu’il rejoint ses amis, ainsi que toutes ses connaissances dans un endroit mystérieux, je l’ai trouvé très colérique, rebelle. Bref, énervant ! ^^
J’ai trouvé que c’était intéressant de « voir » une autre maison de sorcier, qui diffère de celle des Weasley. La description de la maison des Black est très fournie. Bien qu’elle soit grande, elle me plaît moins que celle de Ron (trop poussiéreuse, je ne ferai qu’éternuer…).
Outre la maison des Black, nous retrouvons (enfin) le Ministère de la Magie. Depuis son évocation dans le tome 3, je me demandais bien à quoi cela pouvait ressembler. J’aime bien le concept des fenêtres magiques, qui donnent l’impression que le bâtiment se trouve à la surface. Contrairement à son attitude dans les tomes précédents, Cornélius Fudge (le Premier ministre côté sorcier) est, cette fois, mesquin vis-à-vis de Harry. Il a complètement discrédité aux yeux de la population sorcière, parce qu’il ne veut pas voir la vérité en face !
Concernant Hogwarts, dès son arrivée, Harry a quelques surprises, voit des animaux non visibles pour la plupart de ses camarades (serait-il devenu fou ?), animaux qui auront un rôle important plus tard ^^

Ce qui m’a énervée dans ce tome, c’est la partie rebelle de Harry. Il s’énerve tout le temps, il crie sur tous amis (qui, eux, essaient de le comprendre, de lui parler gentiment, craignant quelque peu son courroux). Certes, cela passe mieux en version originale. Mais une chose ne change pas : le professeur Umbridge, qui vient du Ministère de la Magie. Elle est exécrable, agaçante, énervante ( et tous les synonymes que vous pouvez trouver). Et ses punitions sont horribles (brrrr). En tout cas, si c’était l’effet escompté, J.K.Rowling a très bien réussi.
Il y a tellement d’évènements qui arrivent dans ce tome, qu’il n’est pas possible de tout raconter. Les pages tournaient assez rapidement. J’avais toujours envie de connaître la suite. Ou plutôt non, j’avais envie de lire les moments passionnants ^^ Enfin, cela m’est surtout arrivé vers la fin. Quand ils…. Chhhhut je ne vais pas voue le dire. Mais j’ai adoré la fin (même s’il y a une perte humaine). De plus, Dumbledore révèle beaucoup d’informations à Harry. Informations sur son passé, sur son lien avec Voldemort.
J’ai maintenant hâte de lire le tome 6 (le meilleur, après le tome 4 ^^).



Citations :

« He was sick of it; sick of being the person who is stared at adn talked about all the time. If any of them knew, if any of them had the faintest idea what it felt to be the one all these things had happened to … »

« ‘Just because you’ve got the emotional range of a teaspoon doesn’t mean we all have,’ said Hermione nastily, picking up her quill again. »

« That’s what they should teach us here, he thought, turning over on to his side, how girls’ brains work … it’d be more useful than Divination, anyway …« 

Vous pouvez trouver mes avis sur les tomes précédents :

Harry Potter and the Prisoner of Azkaban
Harry Potter and the Goblet of Fire


Lecture commune avec :

Mycoton32 ; karline05 ; evertkhorus ; gerry29 ; Azariel87 ; Choukette ; Amethyst ; Setsuka ; petit-lips ; Lexounet ;

Lien Bibliomania :


Made in Japan, de Viviane Moore

Présentation de l’éditeur :

Si vous aimez les sushi, les dragons, les manga, les gothics lolitas, les ninja et les samurai, Made in Japan vous entraînera au pays du Soleil-Levant, au fil de vingt-deux histoires qui vous feront découvrir le Japon d’hier, d’aujourd’hui et demain.
Evasion, aventure et dépaysement garantis…

Éditeur : Rageot
Année d’édition : 2008
Langue : Française
Nombre de pages : 256

Avis (très) personnel :

J’ai vu le mot Japon et j’ai tout de suite emprunté ce livre à ma nièce. En effet, pour ceux qui ne le savent pas encore, j’adore le Japon, et tout ce qui s’y rapporte. Je ne pouvais donc que lire ce livre !

C’est un recueil de vingt-deux histoires, écrites par le même auteur. Des histoires qui nous font découvrir le Japon, cette île asiatique. Des histoires, qui ont un thème central. Cela peut être les geishas, les jeux vidéos, les kamis, les habitudes japonaises, etc. Je ne veux pas trop vous en dévoiler ^^
Chaque histoire est précédée par une page, où le titre est écrit, en kanji. Puis, l’histoire est toujours ponctuée d’un « A comme… », etc. A la fin de chaque histoire, le thème est dévoilé au lecteur (même si parfois ce dernier peut s’en douter), avec une description, un texte explicatif. J’ai trouvé ce dernier point intéressant !
Les nouvelles ne se passent pas uniquement au présent. Le lecteur peut observer le Japon du futur (ou plutôt la nouvelle génération de jeux vidéos), ainsi que le Tôkyô du XVIIIème siècle.
Il y a des termes typiquement japonais, qui sont utilisés. Je ne trouve pas cela forcément utile, mais j’ai bien aimé ^^ Bien que j’en connaissais déjà la plupart, j’ai pu en apprendre de nouveaux. Parfois, il est facile de connaître la signification d’un mot japonais, mais si vous n’y arrivez pas (ou si vous n’êtes pas des feignants comme moi), il y a un lexique à la fin du livre.
Certaines nouvelles ont un lien entre elles. Sur le moment, cela m’a perturbée (oui, je suis facilement déstabilisée ^^), il faut dire que ce sont des histoires qui ne se suivent pas, donc le lecteur ne s’attend pas forcément à revoir un protagoniste déjà utilisé auparavant.

En conclusion, bien qu’il y ait des nouvelles que je n’ai pas trop aimées, l’ensemble était très agréable à lire. C’est facile à comprendre, à lire. Le style est très fluide. Et puis, il ne faut pas oublier que ce sont de petites histoires, d’une dizaine de pages environ (donc assez courtes). Je le conseillerai à ceux qui aiment beaucoup le Japon, ou qui souhaiteraient le découvrir ^^


Baby Challenge Thriller 2011

Hé oui, c’est la période des challenges pour moi ^^’
Je vais participer au Baby Challenge Thriller 2011, de Livraddict !
Ce dernier consiste à lire 20 livres jusqu’au 31.12.2011 :
1 –  Shutter Island de Dennis Lehane
2 – Le Silence des Agneaux de Thomas Harris
3 – La Mémoire fantôme de Franck Thilliez : billet par là
4 – Le Chuchoteur de Donato Carrisi
5 – Seul le silence de R.J. Ellory
6 – Robe de marié de Pierre Lemaitre
7 – La Nuit des enfants rois de Bernard Lenteric : par ici
8 – Les Rivières Pourpres de Jean-Christophe Grangé
9 – Cul-de-sac (Piège Nuptial) de Douglas Kennedy : venez par ici
10 – Chroniques des vampires, tome 01 : Entretien avec un vampire de Anne Rice
11 – Thérapie de Sebastian Fitzek : coup de coeur !
12 – La Chambre des morts de Franck Thilliez : billet par là
13 – La Trilogie du mal, tome 1 : L’Âme du mal de Maxime Chattam
14 – L’Evangile selon Satan de Patrick Graham
15 – Le Serment des Limbes de Jean-Christophe Grangé
16 – Dragon Rouge de Thomas Harris
17 – Dead Zone de Stephen King
18 – L’Oeil de Caine de Patrick Bauwen : billet par ici
19 – Le 5e règne de Maxime Chattam
20 – Le Vol des Cigognes de Jean-Christophe Grangé
J’ai lu pour l’instant 11 livres de la liste. Il ne m’en reste plus que 9 pour terminer haut la main ce baby challenge ^^
Selon le nombre de livres lus, on peut recevoir une médaille sur Livraddict :
Médaille d’or : 20/20
Médaille d’argent : 16/20
Médaille de bronze : 12/20
Médaille de chocolat : 8/20

Baby Challenge Polar 2011

Que disais-je dans mon dernier billet ? Que je me suis laissée tenter par le challenge de Snow ? Et bien, je peux vous dire que j’ai à nouveau succombé…
Je vais participer au Baby Challenge Polar 2011, de Livraddict !

 

Ce dernier consiste à lire 20 livres jusqu’au 31.12.2011 :
1 –  Blacksad, tome 1 : Quelque part entre les ombres de Juan Diaz Canales
2 –  La Trilogie Berlinoise de Philip Kerr
3 –  Un lieu incertain de Fred Vargas
4 –  Dix petits nègres d’Agatha Christie : billet par là
5 –  Innocent de Harlan Coben
6 –  Spellman et associés de Lisa Lutz : billet par ici
7 –  Le Crime de l’Orient-Express de Agatha Christie
8 –  Millénium, tome 1 : Les Hommes qui n’aimaient pas les femmes de Stieg Larsson
9 –  L’Etrangleur de Cater Street de Anne Perry
10 – Le Huit de Katherine Neville
11 – Les Fables de sang de Arnaud Delalande
12 – L’Homme à l’envers de Fred Vargas
13 – Le Chien des Baskerville d’Arthur Conan Doyle
14 – Cadres noirs de Pierre Lemaitre
15 – Le Poète de Michael Connelly
16 – Un monde sans fin de Ken Follett
17 – Nous n’irons plus au bois de Mary Higgins Clark
18 – Le Mystère de la chambre jaune de Gaston Leroux
19 – L’Affaire Jane Eyre de Jasper Fforde
20- L’Homme aux cercles bleus de Fred Vargas

 

Il y en a certains que j’ai lus (en gras), donc 5/20 pour le moment (il est fort possible que j’écrive quelques billets sur les lectures déjà faites).
Selon le nombre de livres lus, on peut recevoir une médaille sur Livraddict :
Médaille d’or : 20/20
Médaille d’argent : 16/20
Médaille de bronze : 12/20
Médaille de chocolat : 8/20 

Ca ne vous tente pas ?


Challenge Chefs d’oeuvre de la SFFF

Je m’étais promis de ne plus participer à des challenges…. J’ai failli…
Mais j’ai une excuse, c’est sans limite de temps. Et puis, ça a été créé par Snow ^^ (Oui, je sais ce n’est pas une excuse =P)
J’ai choisi le niveau Michael Moorcock, qui consiste à lire 10 livres au choix parmi la sélection proposée sur le blog Bulle de livre.