Relic, de Douglas Preston & Lincoln Child


Présentation de l’éditeur :
Une équipe d’archéologues massacrée en pleine jungle amazonienne…
Les caisses contenant leurs découvertes acheminées au Muséum d’histoire naturelle de New York… et oubliées dans un sous-sol. Meurtres au Muséum d’histoire naturelle de New York. Quelques années plus tard, le musée annonce une exposition consacrée aux superstitions et croyances mystérieuses des peuples primitifs. Mais les préparatifs sont troublés par une série de crimes aussi sanglants qu’inexplicables.
Le criminel : un homme ou une entité inconnue ? Une menace terrifiante hante les couloirs et les salles du Muséum, un meurtrier d’une force et d’une férocité inouïes. On parle même d’un monstre. De quoi éveiller la curiosité d’Aloysius Pendergast, du FBI, expert en crimes rituels…

Éditeur : J’ai Lu
Année d’édition : 2010
Langue : Française
Nombre de pages : 543

Avis (très) personnel :
Ce thriller est venu jusqu’à moi par les voies de la pensée la poste. Plus précisément, il vient des Vosges. En effet, c’est miss Snow, flocon de son état, qui me l’a prêté. J’étais d’ailleurs bien contente de l’avoir entre les mains, depuis le temps que je voulais lire un titre des auteurs Preston & Child.

Ce roman est la première histoire où apparaît l’inspecteur Pendergast, Aloysius de son prénom (d’ailleurs, le lecteur ne peut pas rater ce fait, vu que c’est écrit en gros sur la couverture). Il n’en est pas réellement le personnage principal. Ce serait plutôt les protagonistes suivants : le lieutenant d’Agosta, le journaliste Smithback, ainsi que deux employés du museum de l’histoire naturelle (où se déroulent les meurtres), Margo Green et le docteur Frock.
Petit récap (pour les personnes qui n’auraient pas lu le résumé), des meurtres sont perpétrés au sein dudit museum. Le mode opératoire est assez horrible : les victimes (de tout âge/sexe) sont trouvées avec le crâne défoncée, avec un bout de cerveau manquant qui aurait peut-être été mangé (bon appétit, les amis !). Que s’est-il passé ? Est-ce la malédiction de l’exposition Superstition ?
Nous suivons tour à tour les divers protagonistes (même ceux que je n’ai pas cités), et le cheminement de leurs pensées et raisonnements. J’avais envie qu’ils en discutent entre eux, qu’ils partagent leurs idées, leurs découvertes. Mais, ce serait trop simple, non ? ^^ La fin m’a semblé tirer par les cheveux (comme diraient les Anglais "Interesting…"), mais pourquoi pas…

Au final, ce n’est pas un coup de cœur (peut-être à cause de la fin bien trop rapide), mais je suis très contente de l’avoir enfin lu un Preston & Child. Cela m’a donné envie d’en lire d’autres du coup, de préférence avec Pendergast, que je trouve très classe ! J’ai donc hâte de le retrouver dans de nouvelles aventures. D’ailleurs, j’espère trouver Le Grenier des Enfers, qui est la suite de Relic, et qui n’est plus disponible (sur Amazon en tout cas)…

About these ads

18 responses to “Relic, de Douglas Preston & Lincoln Child

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

%d bloggers like this: