Le Syndrome Copernic, d’Henri Loevenbruck


Présentation de l’éditeur :
Un matin d’été ordinaire, trois bombes explosent dans une haute tour du quartier de la Défense. Toutes les personnes qui étaient entrées dans le gratte-ciel périssent dans l’effondrement. Toutes, sauf une. Vigo Ravel, quelques minutes avant l’attentat, a entendu des voix dans sa tête qui lui ordonnaient de fuir. Et il a survécu. Il comprend alors qu’il détient un secret qui pourrait changer la face du monde. Mais il ne suffit pas de connaître un secret, si grand soit-il. Encore faut-il en comprendre l’origine. Qui sont ces hommes qui le traquent ? Quelle énigme se cache derrière le Protocole 88 ? Que signifient les voix que lui seul semble pouvoir entendre ? Il est des mystères qui valent tous les sacrifices. Même celui de l’âme.

Editeur : Flammarion
Année d’édition : 2007
Langue : Française
Nombre de pages : 442

Avis (très) personnel :
Un jour, à la Défense, dans l’une des tours, un attentat a lieu. Seul un homme a réussi à s’enfuir avant que cela ne se produise. Cet homme, c’est Vigo Ravel. Il a entendu une voix dans sa tête, qui l’a quasiment fait fuir de la tour où travaillait son psychiatre.

Ce jeune homme est schizophrène (d’où le psy), mais l’est-il réellement ? Ce premier attentat, ainsi que d’autres rencontres vont l’amener à faire sa petite enquête. Sur lui, sur sa schizophrénie, sur son passé (dont il ne se souvient pas).

L’histoire est décomposée en trois chapitres. Chacun d’entre eux sont constituÈs de deux parties : le rÈcit de Vigo et les annotations de son carnet Moleskine. J’ai trouvé que ces dernières étaient assez « lourdes » à lire. La plupart du temps, c’était lu en diagonale. Je pense pourtant que cela aurait été intéressant, mais je n’étais pas d’humeur.
Le début ne m’a pas vraiment plu. C’était lent à se mettre en place. Vigo m’énervait, je n’arrivais pas à ressentir ses émotions. Lorsque l’enquête se met vraiment en route, avec des alliés, cela commence à devenir intéressant. Le dénouement ne m’a pas vraiment convaincue… Je reste sceptique, pourtant c’est le genre d’histoire que j’aime bien, mais la recette ne m’a pas conquise…

Au final, j’ai eu des difficultés à le lire, du fait de l’histoire, de mon humeur (tout ce que je lis en ce moment n’est pas d’or, bien au contraire…). J’hésite à recommencer avec cet auteur…

Publicités

4 responses to “Le Syndrome Copernic, d’Henri Loevenbruck

  • Meloe

    Arrfff, le résumé est pourtant très alléchant et Henri Loevenbruck est un auteur que j’ai envie de découvrir depuis longtemps…Je lui laisserai sans aucun doute quand même un chance (surtout que sa nouvelle série a vraiment l’air géniale!), mais je ne commencerai peut-être pas par ce titre alors.

    • Erato

      J’ai vu ton article sur sa série, et je pense que je laisserai quand même une chance à l’auteur. Parce que ca a l’air vraiment tentant ! Tentatrice 🙂

  • céline

    J’avais un plutôt bon souvenir de ce thriller, même si l’intrigue m’a paru un peu trop irréaliste !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :