Le Chien jaune, de Georges Simenon


Présentation de l’éditeur :
Vendredi 7 novembre. Concarneau est désert. L’horloge lumineuse de la vieille ville, qu’on aperçoit au-dessus des remparts, marque onze heures moins cinq. C’est le plein de la marée et une tempête du sud-ouest fait s’entrechoquer les barques dans le port. Le vent dans les rues, où l’on voit parfois des bouts de papier filer à toute allure au ras du sol. Quai l’Aiguillon, il n’y a pas une lumière. Tout est fermé. Tout le monde dort. Seules les trois fenêtres de l’Amiral, à l’angle de la place et du quai, sont encore éclairées…

Editeur : Pocket
Année d’édition : 1980
Langue : Française
Nombre de pages : 191

Avis (très) personnel :
N’ayant jamais lu d’aventures avec Maigret, l’occasion s’est présentée à moi lorsque j’ai vu ce livre de Simenon, dans la bibliothèque de ma nièce. Quelques semaines passent, avant que je ne l’entame. Avant même de commencer ma lecture, je l’appréhendais déjà. L’inspecteur Maigret sera-t-il à la hauteur de sa réputation dans Les grands détectives n’ont pas froid aux yeux (livre japonais hommage à 3/4 détectives) ? Arrivera-t-il à la cheville d’Hercule Poirot ou de Sherlock Holmes ?

L’histoire débute très rapidement, par un homicide (non mortel) sur un homme d’un village de Concarneau. Près de ce dernier, nous trouvons un vieux chien jaune. Qui est cet animal? A qui appartient-il ? Nul ne le sait. L’inspecteur Maigret va s’y rendre afin de démasquer le coupable.
Bien que l’histoire débute assez rapidement, j’ai trouvé que l’histoire tirait en longueur. Par ailleurs, l’inspecteur Maigret ne s’occupe pas du tout du côté scientifique de l’enquête, il en laisse le soin à son collègue, l’inspecteur… Cela montre sa perplexité vis-à-vis de cette méthode. Méthode à laquelle j’adhère particulièrement. Cependant, Miss Marple (un des personnages récurrents chez Agatha Christie) est un peu comme Maigret, et cela ne me gêne point. Je crois que c’est la personnalité du personnage qui est remise en cause. Il ne me plait pas spécialement, je le trouve banal et il n’a pas ce je-ne-sais-quoi qui pourrait m’attirer. Ceci, ajouté à une histoire un peu lente à se résoudre, ne m’a pas convaincue. Je ne sais pas si je tenterai à nouveau un titre de Simenon, mais pour le moment, c’est niet.

Publicités

One response to “Le Chien jaune, de Georges Simenon

  • Cosmo

    Aouch, catégorique ! « niet. »
    Au moins de ne plus te lancer sur les « Maigret » ça te laissera du temps pour lire (touuut) les autres livres qui t’attendent dans ta bibli 🙂

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :