Comptines assassines, de Pierre Dubois


Présentation de l’éditeur :
« Il était une fois un assassin. Il était une fois une victime. Il était une fois une ville apparemment encline à favoriser leur rencontre. »
Que se passerait-il si le cruel Croquemitaine ressuscitait ? Et Dracula ? Et Barbe-Bleue ? Pire encore, imaginons le Chat botté, non plus au service du marquis de Carabas, mais comme un impitoyable serial killer, obsédé par l’infirmité. Et si Blanche-Neige,  » lèvres rouges comme la rose, cheveux noirs comme l’ébène, et blanche comme neige « , n’était pas l’innocente que nous présentent les frères Grimm ? Après Les Contes de crimes, Pierre Dubois détourne de nouveau les contes de fées.
Il nous en offre une version tour à tour drôle et terrifiante, nourrie d’un vocabulaire ensorcelant où l’extrême noirceur se combine au raffinement.

Éditeur : Folio
Année d’édition : 2011
Langue : Française
Nombre de pages : 430

Avis (très) personnel :
Après avoir lu Loup, y es-tu, de Henri Courtade, j’avais envie de découvrir un autre roman, mettant en scène des personnages de contes de fée.
Bien qu’il y ait le terme « Comptines » dans le titre, je pensais réellement que le livre était une histoire à part entière. J’étais donc un peu déçue lorsque j’ai compris que ce n’était pas le cas. Ce livre est le deuxième tome d’une série, dont le premier est Contes de crime.

Nous avons affaire, ici, à 8 récits dont 3 m’ont paru très longues… J’ai eu des difficultés à me plonger dans cet univers fantasque, fantastique, étrange. Je n’y ai réussi qu’à partir de l’histoire Les musiciens de la ville de Brehme. Peut-être que j’aurais mieux apprécié les nouvelles, en les espaçant par des livres, et en n’engloutissant pas comme je l’ai fait.

Le Chat Botté

Un homme, un assassin devrais-je dire, décime la population. Mais pas n’importe qui, il ne s’intéresse qu’aux personnes handicapées. Pour cela, il ira même s’exiler à Lourdes, pour assouvir son envie ! J’ai trouvé que c’était malsain de connaître les pensées de ce Chat, perturbant serait davantage approprié. Cela restait malgré tout intéressant à lire

Croquemitaine

Dans cette histoire, notre principal protagoniste est Sherlock Holmes. Oui, oui, LE Sherlock Holmes. A ce moment-là, le docteur Watson semble mort, et notre détective a l’air de perdre la tête. En effet, ses souvenirs se confondent: passé, présent, il n’arrive plus à faire la différence. J’ai trouvé cela troublant. Je n’arrivais pas à déterminer certaines choses. Sherlock Holmes faisait face dans cette histoire à une peur très ancienne, qui le poursuivaitt encore. C’était long, long, long… Et, surtout, j’ai commencé à m’ennuyer.

La dame blanche

L’auteur met en scène un petit couple de vieux qui, avec le temps, ne se supportent plus. Un beau jour, pour soigner l’état végétatif de Petit Vieux, le docteur lui donne un médicament qui certes le guérit, mais qui a pour effet secondaire de le rendre coquinou ^^’ Bref, Petit Vieux et Petite Vieille s’entendent de moins en moins… L’un des deux va vouloir se débarrasser de l’autre, grâce à une superstition, celle de la Dame blanche. Comme la précédente, je l’ai trouvée longue et pas très intéressante…

Les musiciens de la ville de Brehme

Un jeune homme réussit à entrer dans le monde des contes de fées, d’une manière bien étrange. Le voilà qui se promène avec le Chat botté, qui fait la cour à Blanche-Neige. Mais où sont passés les méchants des contes ? J’ai trouvé l’histoire plus longue que les précédentes, mais également plus intéressante au niveau de l’intrigue et de la construction.

Les trois souhaits

Un prêtre reçoit la visite d’une personne dans son confessionnal. Cette personne est un meurtrier, et pour ne pas se faire arrêter, il a eu la chance de sauver l’enfant du ministre de la police d’un accident de la route. En récompense, il ne demande pas d’argent, juste 3 vœux qui seront exaucés. 3 demandes d’immunité concernant de futurs meurtres. Cette nouvelle se lit facilement, mais je l’ai trouvée bizarre, et je n’ai pas compris la fin ^^’ De plus, cela me fait davantage penser au génie dans Aladdin, qu’à un conte de fées…

Barbe-bleue

Un homme Halewyn, surnommé Barbe-bleue, s’intéresse à une jeune prostituée. En échange d’argent, elle va devoir suivre ses instructions : d’abord aller dans un château, puis arrivée là-bas, un petit mot laisse supposer que Halewyn arriverait en retard, et qu’il ne faut surtout pas qu’elle aille dans le petit cabinet… J’ai trouvé l’histoire amusante, même si je n’aimerais pas du tout être à la place de la jeune femme. Amusante, parce que je savais ce qu’il allait se passer, connaissant l’histoire de Barbe-bleue. La fin de la nouvelle m’a surprise, je ne m’y attendais pas vraiment…

Le conte de Dracula

Elle m’est tellement restée en mémoire, que j’ai dû la feuilleter à nouveau, pour m’en souvenir… Une jeune femme a été agressée par un fou, qui lui aurait tatoué sur la poitrine DRACULA. De jeune femme souriante, pleine de bonne humeur, elle devient triste, déprimée, terne à cause de cette souillure sur son corps. A partir de là, cela redevient étrange, bizarre… Le style est pourtant agréable, dans le sens où l’on ressent presque le dégoût de cette jeune femme envers ce tatouage.

La vieille femme qui habitait dans un soulier

Dans cette histoire, des meurtres ont lieu. Des meurtres dont le mode opératoire est très étrange, limite féérique. On pourrait penser que comme le genre est un peu policier, cela m’intéresserait… Ce n’est pas le cas, et pourtant, j’ai dévoré le début. Mais, il y avait beaucoup trop de longueurs…


6 responses to “Comptines assassines, de Pierre Dubois

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :