Les Années douces, de Hiromi Kawakami

Présentation de l’éditeur :

Tsukiko croise par hasard, dans le café après son travail, son ancien professeur de japonais. Et c’est insensiblement, presque à leur coeur défendant, qu’au fil des rencontres les liens se resserrent entre eux. La cueillette des champignons. Les poussins achetés au marché. La fête des fleurs. Les vingt-deux étoiles d’une nuit d’automne…
Ces histoires sont tellement simples qu’il est difficile de dire pourquoi on ne peut les quitter. Peut-être est-ce l’air du bonheur qu’on y respire, celui des choses non pas ordinaires, mais si ténues qu’elles se volatilisent quand on essaie de les toucher. Ce livre agit comme un charme, il capte en plein vol la douceur de la vie avant qu’elle ne s’enfuie.

Éditeur : Picquier Poche
Année d’édition : 2005
Langue : Française
Nombre de pages : 284

Avis (très) personnel :
Pour le challenge In the mood for Japan, j’ai relu ce livre. Le narrateur nous montre les tranches de vie de Tsukiko, après qu’elle a rencontré le maître, alias Matsumoto Harutsuna, son professeur de japonais au lycée. Tsukiko est notre principale protagoniste, qui a une quarantaine d’années (environ une dizaine d’années de moins que le maître). Elle est célibataire, ce qui est assez étonnant pour son âge. Elle a, envers le maître, des sentiments contradictoires, qu’elle n’arrive pas à comprendre. Cependant, le lecteur se doute bien de la nature de ces sentiments naissants, et la voir se torturer la tête est, ma foi, un peu amusant ! Néanmoins, j’avais parfois envie de la secouer et de lui dire : « Mais regarde, c’est ça !!!!! ».

Une relation étrange s’instaure entre Tsukiko et son ancien professeur, personnages quelque peu différents.
Cette histoire nous permet d’en connaître un peu plus sur la culture japonaise. Enfin, j’ai l’impression de me répéter quand je parle d’un livre japonais, voire d’un livre qui se passe dans un autre pays que la France. Mais, c’est cela qui m’intéresse, j’ai toujours envie d’en savoir davantage sur ce pays ! Et ici, le lecteur réussit à capter des moments intimes de la vie japonaise (d’ailleurs, je me sentais parfois un peu voyeuse).  J’ai bien aimé les comparaisons entre ces deux générations. Un cadre, une atmosphère qui me conviennent complètement !

Cette relecture m’a donné envie de lire l’adaptation graphique réalisée par le grand Jirô Taniguchi ! Peut-être les trouverai-je à la bibliothèque…


5 responses to “Les Années douces, de Hiromi Kawakami

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :