Les Ombres, de Philippe Bérenger

Présentation de l’éditeur :
Attentat dans le métro parisien : huit morts et des centaines de blessés. Un autre attentat échoue de justesse dans le métro lyonnais. Un groupe terroriste inconnu revendique ces actions et en annonce les nouvelles. La France bascule dans la psychose et, à Paris, le capitaine de police Franck Venel lutte contre sa propre paranoïa dans une société dépressive où le danger peut venir de partout. Surveillance, infiltration, filature, planques, « indics », renseignements : en dépit des lourdeurs administratives du travail routinier qu’on ne peut abandonner, dela gestion de son groupe hétéroclite et de sa vie privée. Franck Venel doit gagner la course contre la montre qui s’annonce mortelle.
Les Ombres nous plonge dans le quotidien halluciné de fonctionnaires de police, derniers remparts contre la terreur aveugle… Une galerie de personnages bien campés, un thriller sombre et palpitant qui décortique la réalité et réserve bien des surprises. Y compris les plus mauvaises.

Édition : Scrineo
Année d’édition : 2011
Langue : Française
Nombre de pages : 342

Avis (très) personnel :
Ceci est mon sang premier thriller des éditions Scrineo, un thriller qui est d’actualité, je trouve.

Tout au long de ce roman, nous ferons connaissance avec le principal protagoniste, Franck Venel, capitaine de la DCRI (Direction Centrale des Renseignements de l’Intérieur), les différents membres de son équipe, ainsi qu’avec les terroristes. En effet, nous avons le point de vue de chacun de ces personnages. Cela peut être déroutant, de par le nombre, mais ce n’est pas le cas. Il y a eu certes quelques moments de flottement, où je me demandais si c’était le narrateur omniscient, qui parlait, ou si c’était le capitaine. Concernant Franck, il est le seul dont le ressenti est mis en avant par une focalisation interne, ce qui permet au lecteur d’être davantage proche de lui. Le lecteur voit surtout ses défauts au début, ses qualités apparaissent plutôt vers la fin. Et j’essaie d’être objective quand j’écris ses mots, car il ne m’est pas très sympathique. Je le trouve, en effet, très (trop ?) paranoïaque, trop sexué aussi ^^’ Ce qui amène que le lecteur puisse avoir envie de lui coller des baffes.
Le langage courant m’a quelque peu dérangée, mais sûrement à cause du peu d’habitude. En tout cas, les pages se tournent rapidement, on a envie de connaître la suite, encore et encore. Une histoire intéressante, même si je n’approuve pas certaines choses.


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :