Au-delà du mal, de Shane Stevens

Présentation de l’éditeur :

A 10 ans, Thomas Bishop est placé en institut psychiatrique après avoir assassiné sa mère. Il s’en échappe quinze ans plus tard et entame un périple meurtrier particulièrement atroce à travers les Etats-Unis. Très vite, une chasse à l’homme s’organise : la police, la presse et la mafia sont aux trousses de cet assassin hors norme, remarquablement intelligent, méticuleux et amoral.
Les destins croisés des protagonistes, en particulier celui d’Adam Lenton, journaliste dangereusement proche du meurtrier, dévoilent un inquiétant jeu de miroir, jusqu’au captivant dénouement.

Editeur : Pocket
Année d’édition : 2011
Langue : Française
Nombre de pages : 887

Avis (très) personnel :

Le personnage principal de ce livre est Thomas Bishop Owens, un meurtrier matricide. J’ai trouvé que ce dernier ressemblait étrangement à Kurtz, le personnage de Prédation (Jérome Camut et Nathalie Hug). En effet, ils ont tous deux fait un passage dans un centre psychiatrique, très intelligent, ont compris qu’il fallait adopter certain(e)s attitudes/comportements pour survivre en société. C’est un personnage intéressant, qui se sent supérieur à tous les autres, qui pense accomplir une mission et qui ne comprend pas pourquoi les gens essaient de l’en empêcher.

Souvent dans les thrillers, un policier se met à la place du meurtrier afin de connaître sa façon de penser, d’agir. Ici, en lieu et place du policier, c’est un journaliste d’investigation, Adam Kenton, qui s’en charge.

L’un des problèmes que j’ai rencontrés est la multitude de personnages. Il y en avait tellement que j’étais perdue entre le journaliste, le criminologue, les divers policiers, les victimes, etc. Cela est accentué par le fait, que les points de vue de ces protagonistes sont présents pour la plupart…

Cependant, j’ai bien aimé ce livre, car les meurtres étaient assez sanglants, bien décrits pour la plupart (description non pas du mode opératoire, mais… disons plutôt… du résultat final). Cela peut sembler bizarre, mais j’étais en manque ^^’ J’avais beau avoir lu des thrillers tels que Prédation, Les Arcanes du Chaos ou L’Alerte Ambler, ils n’étaient pas (assez) saignants ! Vous en tirez donc l’avertissement suivant : Âmes sensibles, s’abstenir !

Publicités

6 responses to “Au-delà du mal, de Shane Stevens

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :