La Théorie des six, de Jacques Expert

Présentation de l’éditeur :

Selon la « théorie des six », énoncée en 1929 par le Hongrois Frigyes Karinthy, tout individu sur terre peut être relié à n’importe quel autre par une chaîne de connaissances ne comptant pas plus de cinq intermédiaires. Ainsi, chacun de nous est à six poignées de main de n’importe quel habitant du fin fond de la Mongolie-Extérieure.
Cet auteur ne s’attendait certainement pas à ce que sa théorie devienne un jour le mode opératoire d’un tueur en série. Julien Dussart lance pourtant ce défi à la police : il annonce qu’il a décidé de tuer « quelqu’un » et que la seule façon de l’arrêter consiste à comprendre sa logique. Qui sera la sixième cible ? La réponse à cette énigme permettrait au commissaire divisionnaire Sophie Pont de sauver les cinq premières victimes. Enfin… quatre. Le premier cadavre est retrouvé, le jeu peut commencer…



Éditeur : Le Livre de Poche
Année d’édition : 2010
Langue : Française
Nombre de pages : 248

Avis (très) personnel :

Je tiens tout d’abord à remercier Livraddict et les éditions Le Livre de poche, pour cette découverte.

Un tueur va suivre une certaine logique dans ses meurtres. Cette logique s’appelle la « Théorie des six », une théorie qui s’appelle en vrai les « Six degrés de séparation » de Frigyes Karinthy. Celle-ci dit qu’entre une personne et une autre à l’autre bout de la Terre, il y a au plus cinq intermédiaires.
L’histoire commence immédiatement par un prologue où le protagoniste est le meurtrier. Les chapitres suivants retournent dans le passé, afin de connaître les débuts de ce tueur. La focalisation interne (en mode ‘je’) m’a légèrement perturbée. En effet, les chapitres alternent principalement les points de vue du meurtrier, Julien Dussart, et de la commissaire divisionnaire en charge de l’enquête, Sophie Pont. Heureusement, le contexte rappelle au lecteur l’identité de la personne qui parle.
Le langage assez vulgaire m’a un peu dérangée. Surtout lorsque c’était Sophie qui parlait… J’ai trouvé qu’il y avait une certaine ressemblance entre Sophie et Julien : ils sont tous deux assez paranoïaques. Il y a une sorte d’incompréhension, de mauvaise interprétation des regards des personnes (exemple flagrant avec Sophie et Rachel, sa secrétaire) qui est présent dans le livre.
J’avoue que je ne m’attendais pas du tout à ce dénouement (même si j’ai imaginé les hypothèses les plus folles). Ici, c’est vraiment la théorie qui est mise en avant. Quant au mode opératoire, il est assez basique et n’est pas très détaillé. C’est donc moins effrayant.
L’histoire est très sympathique à lire, bien que le langage était parfois un peu gênant.

Citations :
« Vous comprenez pourquoi je n’aime pas beaucoup les gens ? Ils sont tellement inconstants et infidèles. »


« Mais je savais qu’il n’y avait pas de hasard dans la vie et encore moins quand il s’agissait de la théorie mathématique de Frigyes Karinthy. »

Lien Bibliomania :


4 responses to “La Théorie des six, de Jacques Expert

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :