Un aller simple, de Didier van Cauwelaert

Présentation de l’éditeur :

Aziz est né en France, de parents inconnus. Recueilli par les Tsiganes des quartiers nord de Marseille, il a grandi sous la nationalité marocaine, n’ayant pas les moyens de s’offrir un faux passeport français. Professionnellement, il s’est spécialisé dans les autoradios : il les vole et les revend.
Sa vie bascule le jour où le gouvernement décide une grande opération médiatique de retour au pays. Voilà Aziz confié à un jeune et idéaliste « attaché humanitaire », chargé d’aller le « réinsérer dans ses racines », et qui lui demande où se trouve son lieu de naissance. Le doigt d’Aziz montre au hasard, sur la carte du Maroc, une zone vierge du Haut-Atlas. Et l’aventure commence…

Éditeur : Le Livre de Poche
Année d’édition : 2007
Langue : Française
Nombre de pages : 119

Avis (très) personnel :

Je n’avais jamais lu de livres de Didier van Cauwelaert auparavant (même si presque tous ses livres se trouvent dans ma LAL ^^).

Dans ce livre, le lecteur suit Ami 6, dit Aziz. Ce protagoniste a eu une vie assez particulière. Orphelin, il a vécu parmi des tsiganes, à Marseille, sous une nationalité marocaine. Puis, un jour, le gouvernement souhaite renvoyer les immigrés dans leur pays. Il va donc utiliser Aziz pour cela, car il a une « bonne tête ». A partir de là, il va être confié à un homme, Jean-Pierre Schneider, qui devra lui permettre de s’insérer dans son pays d’origine. Région d’origine, qu’il aura inventée, à partir de légendes. 

Il y a à la fois le point de vue d’Aziz, de Jean-Pierre. En effet, ce dernier tient un journal de bord, sur lequel il se basera pour écrire son livre, tant l’histoire que lui a racontée Aziz était extraordinaire. J’ai bien aimé ces deux personnages, peut-être une petite préférence pour Jean-Pierre, pour sa naïveté, pour son passé. Ces deux personnages ne se connaissaient pas avant cette aventure. Et pourtant, Aziz tentera le tout pour faire plaisir à son attaché humanitaire, et ce jusqu’à la fin du livre.
J’ai trouvé que le style était très agréable, très facile à lire. Cela me donne envie de continuer avec cet auteur.

Citations :

« En même temps, je me sentais comme un amnésique dans un feuilleton : je marchais au milieu de mes origines et ça ne me rappelait rien, et pourtant ça remuait quelque chose. »

« Sous mes yeux, le désert fleurit. Des couleurs mauves, jaunes, rouges, bleues jaillissent à tour de rôle du sol pelé. Comme je la serre contre moi, transporté d’enthousiasme, elle me répond qu’elle n’y est pour rien : c’est un phénomène naturel. »

Lien Bibliomania :

Publicités

5 responses to “Un aller simple, de Didier van Cauwelaert

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :