Les Plus qu’Humains, de Theodore Sturgeon

Présentation de l’éditeur :
Il est l’Idiot chassé par les uns, ignoré par les autres. Il survit en errant dans les bois puis, hébergé par un couple de paysans un peu fous, il rencontre des enfants aux dons étranges : Jennie, petite fille modèle qui possède un don de télékinésie, Bonnie et Beany, des jumelles, qui se téléportent instantanément où elles le désirent, et Gerry, orphelin et télépathe. Ils décident d’un commun accord de vivre tous ensemble, eux les parias, les laissés pour compte à cause de leurs différences. Avec Bébé, l’enfant mongolien et surdoué des paysans, ils vont former un groupe en parfaite osmose, unis par l’amour et la complicité, créant ainsi une entité aux pouvoirs fabuleux.

Edieur : J’ai Lu
Année d’édition : 2001
Langue : Française
Nombre de pages : 307
Avis (très) personnel :
C’est un livre que j’ai acheté cet été. Et je n’arrive plus à me souvenir pourquoi je l’ai choisi. En effet, la science-fiction n’est pas mon genre favori (bien que j’aie aimé 1984 et Le Meilleur des Mondes). Mais ce livre traitant d’un sujet que j’apprécie : les pouvoirs paranormaux, je me suis laissée tenter. Je pense donc que ceci doit en être la raison ^^
L’histoire est divisée en trois parties, quasiment égales.

La première partie s’intitule L’Idiot de la Fable. Elle présente les différents personnages qui vont apparaître au cours de l’histoire. Cependant, l’auteur revient parfois aux personnages déjà présentés, sans prévenir. C’est donc assez perturbant au début.
Qui sont ces personnes ? Quelle est la relation qui existe entre elles ?
Cette partie est d’abord focalisée sur Tousseul, un Idiot qui sera recueilli par un couple de paysans, après une confrontation qui s’est mal passée. L’auteur nous présente également la famille Kew, Janie, les jumelles Bonnie et Beany, Gerry, Hip, ainsi que Bébé, un enfant mongolien. Ils ont tous un lien avec Tousseul. De plus, certains ont des pouvoirs paranormaux qui vont se compléter : téléportation, télékinésie, télépathie, hypnose… Ceux-là vont former une sorte d’ensemble, un tout, une seule personne.

La deuxième partie s’appelle Bébé a trois ans. L’histoire est davantage centrée sur Gérard Thompson, dit Gerry. Ce dernier va consulter un psychanalyste, afin de connaître la raison pour laquelle il a tué une personne. Les flash-backs étant nombreux, l’histoire se passe plutôt dans le passé, mettant en place les pièces du puzzle. Le lecteur se rend également compte que Gerry a également un pouvoir particulier. Je n’ai pas vraiment aimé cette partie-là. En effet, je trouve Gerry complètement exécrable… Cependant, j’ai aimé les moments où il partait à la recherche de son passé, du passé des enfants qui l’accompagnaient, du passé de Tousseul.

Quant à la troisième partie La Morale, elle sera axée sur Hip Barrows, personnage qui a donc été présenté dans la première partie. Hip a également un lien avec cet ensemble de personnes. Il essaie de retrouver sa mémoire. Une jeune femme va l’y aider. Le lecteur va ainsi connaître le lien qui existe entre Hip et ce gestalt. J’ai bien aimé cette partie, contrairement à la précédente. Je me doutais de l’identité de la jeune fille, mais n’étais pas complètement sûre. Quant à Hip, j’ai pensé aux hypothèses les plus folles sur son identité, sur sa relation avec les autres ^^’

C’est au final une histoire assez étrange, avec des personnages étranges aux pouvoirs extraordinaires. De plus, l’histoire est racontée par bout, et dans un ordre pas forcément chronologique dans une partie. Malgré tout, j’ai apprécié cette lecture. Quand on s’y habitue (surtout au changement de personnages, au va-et-vient dans le temps), c’est rapide à lire. C’est très fluide. J’ai aimé découvrir ce qui se tramait, les liens qu’il y avait entre eux. Toujours envie d’en savoir plus (les pages défilent assez rapidement dans ces cas-là ^^).
Cependant, à la fin, je suis restée sur ma faim… J’ai trouvé que c’était un peu facile. Pas la toute fin, juste le moment entre Hip et Gerry… En ce qui concerne la fin du fin, j’ai trouvé cela étrange… Je reste perplexe, je ne suis pas sûre d’avoir bien compris. D’ailleurs, je suis actuellement en train de relire la fin, pour essayer de comprendre…

En tout cas, je suis ravie que la science-fiction me plaise bien. Ou alors est-ce que j’ai de la chance de trouver de bons livres ^^
Citation1 P25 :
« -Comment ça s’appelle… Quand une personne a besoin d’une autre… de son contact, et que les deux sont comme une seule ?… Et qu’il n’y a plus rien d’autre qui existe… Nulle part ?
Alice, qui avait lu des livres, réfléchissait.
– L’amour, finit-elle par dire ; c’est de la folie. C’est le mal ! »

Citation2 P99 :
« Tousseul pensa : l’innocent, c’est ce qu’il y a de plus beau. Pourquoi ? A cause de l’attente. Attentede la fin de l’innocence. Et l’idiot aussi attend. Il attend la fin de son idiotie. Mais ce n’est pas une attente qui soit belle. Et, en fin de compte, ils se rencontrent. Ils s’accomplissent. »

Citation3 P162 :
« – Ce que nous pensons nous fait accomplir des choses curieuses. Certaines nous semblent tout à fait sans motifs, stupides, folles. Et, pourtant, il y a un fondement : dans tout ce que nous faisons, il existe une chaîne solide, inattaquable, une logique. »

Citation4 P288 :
« L’effroi qu’il avait en lui était le bon effroi. La peur est l’instinct de la conservation. Et la peur est quelque chose de réconfortant en ce sens, puisqu’elle signifie que quelque part l’espoir subsiste encore. »

8 responses to “Les Plus qu’Humains, de Theodore Sturgeon

  • Sita

    Je me le note, le résumé m'intéressait déjà :)Bon par contre, ce que tu dis sur la fin (décevante et étrange) me refroidit un peu… Je pense que je le lirai seulement si je le trouve en bibliothèque.

  • El Jc

    Je ne pourrais te dire si tu as de la chance ou pas, mais les trois livres que tu as lus de science-fiction étant des références en la matière je pense qu'il était difficile d'être déçus par ceux la. Pour une prochaine étape en terre de SF essaye peut être "Des fleurs pour Algernon"

  • Taliesin

    Si ça t'as plu c'est déjà ça.Je crois bien que je dois avoir une ancienne édition quelque part, je le lirais sûrement un jour.Si tu veux retenter de la SF plus tard, tu pourrais aussi essayer La Horde du Contrevent, il est plus récent et assez différent de ce qu'on peut lire d'habitude en SF. Je pense que ça pourrait te plaire.

  • Erato

    @El Jc : Les Fleurs d'Algernon est déjà dans ma LAL (faut juste qu'il passe dans la PAL ^^)@Tal : Je vais noter le titre ^^

  • Karline

    tu me donnes bien envie de le découvrir ce livre

  • Radicale

    Sturgeon a été un auteur coup de cœur pour moi il y a quelques années, j'avais lu 2 recueil de nouvelles, certaines très bizarres, mais qui m'ont vraiment touchée, car même sans tout comprendre j'avais l'impression que l'auteur avait mis le doigt sur quelque chose d'essentiel… Je tenterai surement un roman un jour.

  • Véro

    Tu as éveillé ma curiosité et je l'ai mis dans ma LAL !

  • Lalou

    Celui là ne m'attire pas particulièrement, mais comme toi je me dis que je n'aurais pas dû délaisser la SF, car c'est un genre très agréable (je le savais déjà, ayant lu plus jeune d'autres romans du genre, mais bizarrement j'avais un peu "oublié" tout ca!)Et avec les mordus de SF qu'on a sur Livraddict, on est pas prêtes de se sortir du cercle vicieux dans lequel on est embarquées😉

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :