Bakuman, tome 1, de Tsugumi Ohba et Takeshi Obata

Présentation de l’éditeur :
Moritaka Mashiro possède un don évident pour le dessin. Il est secrètement amoureux de Miho Azuki. Akito Takagi, le meilleur élève de sa classe, écrit des scénarios et souhaite que Mashiro les transpose en manga. La lente ascension pour réaliser le meilleur manga jamais édité commence !

Éditeur : Dargaud / Shonen Kana
Année d’édition : 2010
Langue : Française
Nombre de pages : 190

Avis (très) personnel :
C’est un manga que j’ai acheté à la Japan Expo, après en avoir entendu parler (en positif, bien sûr !).
Nous avons, ici, deux collégiens de 14ans : Moritaka Mashiro (surnommé « Saikô ») et Akito Takagi (surnommé par le premier « Shûjin »). Shûjin va se mettre en tête de s’associer avec Saikô afin de créer un manga. En effet, Saikô est très doué en dessin. Cependant, il n’est pas très intéressé par l’idée. Il veut rentrer dans le moule, conçu par la société japonaise.
Mais, un événement va se produire qui va le faire changer d’avis. Et cela concerne Azuki, la jeune fille dont il est amoureux depuis la primaire (quand je vous disais romantisme, je ne plaisantais pas ^^). Lorsqu’il saura qu’elle veut travailler dans le domaine artistique, il voudra se rapprocher d’elle par ce biais. Il va donc accepter le deal de Shûjin.

Tout le long de l’histoire, des notions spécifiques au manga apparaissent : des trames, des plumes, des ‘nemus’ par exemple. Mais heureusement, elles nous sont expliquées. Car, Shûjin, bien qu’il veuille devenir mangaka (ou du moins scénariste de manga), ne s’y connaît pas vraiment. Alors, Saikô va lui donner des explications, ce qui nous permetra de comprendre également. Par contre, j’ai trouvé que tout allait extrêmement bien pour les deux protagonistes. Ils ont réellement de la chance.

J’ai trouvé les dessins très jolis, agréables à regarder *o* J’ai trouvé parfois des ressemblances entre Azuki et Iori Yoshizuki (dans I »s de Katsura). Saikô a toujours un air un peu blasé, qu’il perd par la suite. Et Shûjin, quant à lui, est très expressif (peut-être pour montrer sa fougue ?).
J’ai aimé les petits clins d’œils aux divers mangas qui existent, à Death Note. Car, rappelons-le, Tsugumi Ohba et Takeshi Obata sont les auteurs dudit manga.
Ainsi que les esquisses, et les planches finies qui y sont associées, entre chaque chapitre.
Je pense que je ne vais pas tarder à m’acheter le tome 2, qui approfondira, j’espère, le côté création de manga. Par ailleurs, j’ai bien envie de commencer Death Note, que je n’ai pas encore lu (ne me tapez pas ! ^^).
Publicités

8 responses to “Bakuman, tome 1, de Tsugumi Ohba et Takeshi Obata

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :