Les enquêtes d’Enola Homes, tome 2 : L’affaire Lady Alistair, de Nancy Springer

Présentation de l’éditeur :
De quelle prescience ma mère avait-elle fait preuve en me prénommant Enola, qui à l’envers se lit : alone ? En anglais : seule.
Car c’est bel et bien seule que je me suis retrouvée le jour de mes quatorze ans, ma mère ayant disparu du manoir familial de façon inexpliquée.
Partie à sa recherche, je parvins à échapper à la vigilance de mes frères aînés – Mycroft et Sherlock Holmes -, qui souhaitaient m’expédier en pension pour faire de moi une lady.
A l’image de mon détective de frère, je décidai d’ouvrir à Londres, au nez et à la barbe de mes frères, un cabinet de « Spécialiste en recherches – Toutes disparitions ». Le Dr Leslie T. Ragostin allait être mon patron imaginaire, celui que je m’étais inventé pour exercer ma nouvelle profession en toute discrétion.
Et c’est avec un petit choc qu’un matin, en ce mois de janvier 1889, je déchiffrai la carte de visite de mon premier client, glissée sous mon nez par le réceptionniste : « Dr John Watson, Docteur en médecine ».

Éditeur : Fernand Nathan
Année d’édition : 2007
Langue : Française
Nombre de pages : 265

Avis (très) personnel :
Cette fois-ci, dans ce deuxième tome, j’ai eu plus de mal à entrer dans l’histoire. Pourtant, dans ce livre, il y a un peu plus d’actions que dans le premier et les messages codés sont plus complexes, plus travaillées qu’auparavant.

L’histoire débute par une discussion entre Mycroft et Sherlock Holmes, sur la disparition de leur petite soeur Enola. Je trouve ces deux hommes assez agaçants, surtout Mycroft (Qu’est-ce qu’il peut être sexiste ! « Elle est de sexe féminin. Son intellect est peu développé, elle a besoin de protection… »). Quant à Enola, dans ce tome, elle se cache toujours de ses frères et essaie d’assouvir son envie retrouver les personnes disparues. Pour cela, elle va devenir l’assistante d’un « docteur » spécialisé dans les disparitions. J’ai l’impression qu’elle est très douée en déguisements, comme son grand frère Sherlock. Elle se grime en religieuse, en assistante de détective, en jeune épouse, etc. Je l’ai trouvée inconsciente des dangers (ou alors, très courageuse…). Lorsqu’elle se promène la nuit, pour aider les pauvres. Bien qu’elle se fasse agresser, elle retourne malgré tout se « promener » la nuit. Je précise qu’elle n’a que 14 ans !
J’espérais aussi que ses retrouvailles avec Sherlock Holmes soient plus joyeuses… Mais, avec le contexte, je comprends les raisons de leurs réactions ^^

Vous pouvez trouver mon avis sur le tome précédent :
Les enquêtes d’Enola Holmes, tome 1 : Double disparition



2 responses to “Les enquêtes d’Enola Homes, tome 2 : L’affaire Lady Alistair, de Nancy Springer

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :