Hiroshima mon amour, de Marguerite Duras

Présentation de l’éditeur :
LUI : Tu n’as rien vu à Hiroshima. Rien.
ELLE : J’ai tout vu. Tout… Ainsi l’hôpital je l’ai vu. J’en suis sûre. L’hôpital existe à Hiroshima. Comment aurais-je pu éviter de le voir ?
LUI : Tu n’as rien vu d’hôpital à Hiroshima. Tu n’as rien vu à Hiroshima…
ELLE : Je n’ai rien inventé.
LUI : Tu as tout inventé.
ELLE : Rien. De même que dans l’amour l’illusion existe, cette illusion de pouvoir ne jamais oublier, de même j’ai eu l’illusion devant Hiroshima que jamais je n’oublierai. De même que dans l’amour.

Éditeur : Gallimard / Folio
Année d’édition : 1960
Langue : Française
Nombre de pages : 124

Avis (très) personnel :
J’ai lu ce livre dans le cadre du Défi Livre qui dort, de Florel.




J’ai mis beaucoup de temps avant de le commencer. En effet, je n’avais plus vraiment l’envie de le lire. Je l’avais acheté lors de ma période "Japon/1945", puis en le feuilletant, cela ne m’avait pas très intéressée…


Ce livre est le support écrit du film du même nom (que je n’ai pas vu), agrémenté de dialogues qui n’ont pas été gardés par le réalisateur. L’histoire est écrite sous forme de dialogues, comme au théâtre, avec des indications scéniques. C’est déjà un mauvais point, car, je ne suis pas très fan de ce genre de littérature, mise à part les classiques.
L’histoire commence par un synopsis, qui est plus qu’un résumé. En bref, c’est l’histoire en beaucoup plus court, et en version plus romancée. Le roman en lui-même m’a pas mal ennuyée. Peut-être devrais-je regarder le film ?
Dans cette histoire, il y a deux personnages : un homme et une femme. Un japonais et une française qui se rencontrent à Hiroshima. Le lecteur ne connait pas leurs noms, les protagonistes se différencient par les termes elle et lui, et plus tard par Nevers et Hiroshima. Les villes qui les caractérisent.
J’ai malgré tout aimé la partie où la femme parle de son passé. J’ai trouvé que c’était intéressant, mais ce n’est pas assez pour que je puisse aimer ce livre.


Citations :
"Cette étreinte, si banale, si quotidienne, a lieu dans la ville du monde où elle est le plus difficile à imaginer : HIROSHIMA."

"Comme toi, je suis douée de mémoire. Je connais l’oubli."

Lien Bibliomania :
Nombre de livres lus : 2
About these ads

8 responses to “Hiroshima mon amour, de Marguerite Duras

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

%d bloggers like this: